GetSocial

La France déploie un formidable mouvement-médiatique d’union nationale, comme pour La Marne il y a un siècle

Mobile_768x128 Les trois jours depuis que l’on a appris que l’otage français Hervé Gourdel a été exécuté par ses ravisseurs islamiques en Algérie ont été l’occasion d’une formidable démonstration d’un énorme mouvement d’union-nationale-médiatique. Le nombre de drapeaux français mis en berne aux frontons des édifices du gouvernement de la République et assimilés est prodigieux. La démonstration d’unité-nationale-médiatique est impressionnante. Les musulmans de France qui se sont mis au devant ont proclamé leur dégoût et leur indignation devant cet acte, symbolisés par le titre de Libération: «Nous sommes tous des “sales Français”. Nul n’aura le cynisme et l’inconvenance de ne pas avoir une pensée désolée pour l’exécution de l’otage, et un jugement d’une sévérité absolue sur les mœurs barbares qui ont enfanté ce geste. Orange mobile_Origami Web_visuel005_160x600.gifLa France officielle a réaffirmé à cette occasion son engagement sans faille dans la Grande Guerre contre la Terreur, – nous en sommes à la deuxième ou la troisième du genre, selon la comptabilité qu’adoptera la science historique à cet égard. Elle a montré sa détermination à cet égard, la France : Hollande à la tribune des Nations-Unies, Rafale engagés contre des objectifs de Daesh, alias ISIS, alias EI, alias Califat. (La diversité des noms appliqués à la chose est examinée sous un jour symbolique et politique dans le Telegraph de Belfast du 23 septembre 2014.) L’union est quasiment sacrée, entre les pays du bloc BAO, les musulmans, la communauté internationale, la Russie, les autres, l’ONU et le reste. Cette unanimité s’est exprimée partout et dans toutes les circonstances possibles, par tous les représentants officiels. Le fait donne la mesure de ce qu’est la politique aujourd’hui, et de la façon dont on peut parvenir à une sorte de “politique globalisée”, "unité-internationale-médiatique". "La coalition de communication est un fait acquis", et un "fait objectif". ... On a beaucoup entendu Dominique de Villepin ces derniers jours, à diverses émissions d’information de radio, de télévision. Par exemple, son interview par Jean-Jacques Bourdin, sur BFM-TV/RMC. Un rapport écrit, donnant l’essentiel de ce que répète Villepin aujourd’hui dans les diverses émissions qui l’accueillent se trouve dans Le Figaro du 12 septembre 2014, à partir d’une première interview sur BFM-TV. Il n’est pas encore question du départ en guerre de la France mais de l’annonce de la nouvelle Guerre contre la Terreur par Obama. Les mots employés par Villepin se retrouvent constamment : «...Vendredi, Dominique de Villepin remet son costume de diplomate pour alerter sur les dangers d'une intervention militaire d'ampleur au Moyen-Orient. Invité de BFMTV, l'homme du discours à l'ONU pour dire “non” à une intervention en Irak en 2003, estime que la décision de Barack Obama d'engager une grande coalition sur le terrain est “absurde et dangereuse”. Il y voit une “troisième guerre d'Irak” qui aura pour conséquence de “multiplier” les foyers de terrorisme. “Il serait temps que les pays occidentaux tirent les leçons de l'expérience. Depuis l'Afghanistan, nous avons multiplié les interventions militaires, pour quel résultat? Il y avait en 2001 un foyer de terrorisme central. Un. Aujourd'hui? Une quinzaine”, assure l'ancien premier ministre. «“L'État islamique, c'est l'enfant monstrueux de l'inconstance et de l'arrogance de la politique occidentale”, assène Dominique de Villepin.» La côte de popularité du président Hollande a légèrement augmenté disent BFM-TV. La Grande Guerre du jour contre la Terreur n’y est pas pour rien, nous disent les avisés. Cette époque que nous vivons est ignoble et infâme. «Je regarde le monde dans lequel je finis mon existence et ce n’est pas un monde que j’aime», disait Claude Lévi-Strauss. “Mais que faire d’autre ?” “Comment ne pas parler de cette exécution horrible et ne pas s’en indigner ?” Nous nous sommes mis dans le cas d’arriver inéluctablement dans le piège labyrinthique de ces excès grotesque et insupportables, et là se trouve notre tragédie. (Nous n’avons plus le sens de la tragédie mais la tragédie existe toujours... Nous nous sommes mis dans ce piège labyrinthique car comment avons-nous pu laisser faire cette décadence vertigineuse de nous-mêmes sans jamais songer à y distinguer tous les dangers ? Comment avons-nous pu laisser aller ce pourrissement infâme de notre dignité ? Le “commentateur responsable”, lui, a le devoir de proclamer ces évidences, de dénoncer ces infamies, sans qu’il doit pour cela apporter une solution de rechange comme on livre une roue de secours. S’il le faut, même, il saura citer la métahistoire à ses interlocuteurs interloqués, et leur dire “laissez donc, le Ciel se chargera de tout cela”. Puisqu’il s’agit d’une Grande Guerre contre la Terreur, modèle universel. La question de la raison d’être, du montage autour de cette Grande Guerre, de sa cohérence et de sa justesse est largement réglée par l’évidence. En quelques mots, Villepin l’expédie comme il faut. (Sur la “justesse”, ou la “justice” de cette guerre, ou bien encore sur sa cohérence intellectuelle et morale, on pourrait retenir cette excellente réplique d’un personnage du film Good Kill de Andrew Nicoll, qui vient d’être présenté au Festival de Toronto, – Good Kill, film sur les pilotes de drones US conduisant de leur console d’une base de l’USAF près de Las Vegas les missions d’assassinat, – film pour lequel, surprise surprise, le Pentagone a refusé sa collaboration, – donc, réplique du Lire la suite

Ramtane Lamamra affirme que les Objectifs du développement durable sont des outils de protection effective des droits

Lors du débat général de la 69ème session ordinaire de l'Assemblée générale des nations unies à New York samedi 17/09, Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra affirme que "les objectifs du développement durable contribueront à la réalisation d'un monde qui rende possible la protection effective des droits, la participation inclusive de tous et le partage de la prospérité"..."Nous faisons le pari que les nouveaux objectifs du développement durable contribueront à la réalisation d'un monde qui rende possible la protection effective des droits, la participation inclusive de tous et le partage de la prospérité en particulier dans les régions déshéritées où vivent plus de 40 % des personnes les plus démunies"..."La célébration en 2015 du 70ème anniversaire de la création de l'Organisation des Nations unies devrait être l'occasion d'un engagement renouvelé de tous les Etats membres à redonner vigueur, efficacité et crédibilité au multilatéralisme". Le ministre a fait savoir que les pays des Non Alignés avaient exprimé lors de la 17ème conférence ministérielle tenue en mai 2014 à Alger, la pertinence du droit au développement et l'impérieuse nécessité d'éradiquer la pauvreté identifiée comme un défi global et un objectif central de l'agenda de développement post-2015". Opération Spéciale2 300x250Au niveau des Nations Unies, l'Algérie qui coordonne le groupe de travail des pays Non Alignés sur la revitalisation de l'Assemblée générale "poursuivra ses efforts pour que cet organe, le plus représentatif du système international, se réapproprie ses prérogatives", a souligné le ministre des AE. Concomitamment, elle continuera d'oeuvrer avec ses partenaires du C-10 de l'Union africaine à la réforme du Conseil de Sécurité en vue de mettre fin à l'injustice historique faite au Continent africain et qui est au coeur du déficit de représentation et de légitimité du Conseil. Dans ce contexte, le renforcement de la coopération et du partenariat multiforme entre l'union africaine et l'ONU doit être encouragé, en particulier au titre du règlement des nombreux conflits et crises qui continuent d'endeuiller l'Afrique et de retarder le parachèvement de sa décolonisation, a précisé M. Lamamra. Le renforcement de l'autorité du Traité passe par l'entrée en vigueur du traité d'interdiction complète des essais nucléaires, notamment au Moyen- Orient, comme le prescrite le consensus international sur cette problématique afin d'honorer la sacralité de la vie humaine, a-t-il martelé.

aps

gif banners Stigx Image Banner 500 x 500

La Libye et le Mali au centre de l’action diplomatique immédiate de l’Algérie d’après Ramtane Lamamra

APS. Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a souligné jeudi à Washington que la Libye et le Mali étaient au centre de l'action diplomatique de l'Algérie qui apporte également sa contribution à la solution d'autres questions internationales. "La Libye et le Mali, pays voisins immédiats à l'Algérie, où comme vous le savez, le terrorisme et l'instabilité règnent, sont au centre de notre action diplomatique immédiate, et nous apportons bien sûr notre contribution à la solution d'autres questions au-delà de nos frontières", a précisé M. Lamamra lors d'un échange avec le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, peu avant le début de leurs entretiens. Le ministre a dans le même sens souligné que l'Algérie "peut être considérée parmi les rares pays qui ont effectivement défait le terrorisme". "Nous avons payé le prix fort pour cela, mais nous jouissons aujourd'hui, d'un niveau très raisonnable de sécurité et de tranquillité dans notre pays. Nous sommes un pays exportateur de sécurité et de stabilité", a encore déclaré M. Lamamra qui a ajouté que l'Algérie développe de "très bonnes relations" avec ses voisins. Au plan bilatéral, le ministre des Affaires étrangères a rappelé que la visite effectuée par M. Kerry au mois d'avril dernier en Algérie et au cours de laquelle il a été reçu par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a été "fructueuse" et a ouvert de nombreuses pistes aux deux pays pour travailler en étroite collaboration. Lire la suite

Le financement des « rebelles » syriens va engendrer une nouvelle et plus vaste guerre au Moyen-Orient:

Voici les huit raisons pour lesquelles le Congrès US aurait dû voter « Non » à l’amendement McKeon d'après Dennis Kucinich publiées par un site de défense.

1. Il s’agit d’un gaspillage d’argent

Nous devrons assumer des dépenses estimées à 21 milliards de dollars sur trois ans. Le Pentagone prévoit de former 5 000 rebelles l’an prochain ce qui, à 1 million de dollars pour chaque combattant, pourrait coûter jusqu’à 15 milliards de dollars sur trois années de guerre. Le coût du maintien d’environ 2 000 soldats états-uniens en Irak dépassera les 6 milliards de dollars sur trois ans. La dernière guerre en Irak a ajouté au moins 5 trillions de dollars au déficit structurel des États-Unis.

2. Les rebelles « modérés » n’existent pas

Écrivant sur la connexion entre l’Arabie saoudite et l’État Islamique (EI), l’historien Alastair Crooke a récemment décrit les insurgés « modérés » en Syrie comme étant « plus rares que la licorne des légendes ». Les « modérés » ont conclu un pacte de no Femme 300x250 n-agression avec l’EI. Les « modérés » ont capturé un journaliste états-unien et l’ont vendu à l’EI, qui l’a décapité. L’Arabie saoudite qui, avec le Qatar, a financé les jihadistes en Syrie, propose désormais de « former » les rebelles. Le Congrès est prié d’avaler cette recette douteuse : les sponsors des jihadistes radicaux vont former des jihadistes « modérés ».

3. La vérité est que nous ne savons pas qui nous formons

Les soi-disant « rebelles » sont des mercenaires qui viennent de plus de 20 pays. Ils s’organisent et se réorganisent constamment en nouveaux groupes, qui offrent leur allégeance à quiconque les paye ou leur fournit des armes – et ce à tout moment. Les États-Unis ont fourni des armes au gouvernement irakien et aux rebelles syriens, qui ont fini dans les mains de l’EI. Par conséquent, l’US Air Force bombarde des Humvees et des véhicules blindés de transport de troupes achetés avec l’argent des contribuables états-uniens. L’EI a de grandes quantités d’armes de guerre et de munitions fabriquées aux États-Unis. Le Département du Trésor est-il devenu leur tirelire ?

4. Ceux qui vont recevoir de l’argent des États-Unis vont se retourner contre nous

Depuis que les États-Unis ont lancé leur guerre contre l’Irak en mars 2003, plus d’un million d’Irakiens innocents ont péri – c’est-à-dire 4 % de la population. Par ailleurs, plusieurs milliers de milliards de dollars de dégâts ont été provoqués. Les Irakiens ont été dépouillés de leurs maisons, de leurs emplois, de leurs relations sociales, ils ont été humiliés au-delà de l’imaginable, leur pays a été ruiné. C’est pourquoi les États-Unis ne peuvent pas s’attendre à trouver des amis en Irak.

5. Nos soldats seront menacés par les « rebelles » que nous formons, payons et équipons

Cette législation du Congrès, qui [permettra] de financer les « rebelles » en Syrie, prédit que les soldats états-uniens seront attaqués par ceux que nous formons. L’amendement McKeon, [que le Congrès a adopté], prévoit ce que l’on appelle des attaques « vert-sur-bleu », et exige que des rapports sur de telles attaques soient rédigés et que des statistiques soient conservées.

6. Le Congrès est maintenu dans l’obscurité

Personne n’avoue ce qu’est l’objectif final de cette politique. Est-ce la partition de l’Irak entre sunnites, chiites et Kurdes, afin d’aider les compagnies pétrolières occidentales à faire de plus rentables affaires avec les Kurdes ? Est-ce la partition de la Syrie entre sunnites, chiites et alaouites, incluant l’établissement d’un nouveau Califat sunnite à cheval sur l’Irak et la Syrie ? Et pourquoi l’administration [Obama] a-t-elle reconnu si tardivement la situation tragique des chrétiens, qui fuient progressivement la région à cause des attaques menées par des groupes que les Saoudiens et les Qataris financent ?

7. Une crise constitutionnelle est en marche

Les États-Unis ont déjà lancé une guerre sans l’autorisation du Congrès. La Constitution exige que seul le Congrès puisse engager le pays dans un état de guerre. En l’absence d’une déclaration de guerre par le Congrès ou d’une attaque directe contre les États-Unis, le Président n’a pas le pouvoir de lancer le pays dans un conflit armé. Même le War Powers Act – dont la constitutionnalité est douteuse – établit une limite de 60 jours pour une action militaire non autorisée. L’article I de la Constitution des États-Unis, qui a créé le Congrès, est aujourd’hui en lambeaux. Les rédacteurs de la Constitution étaient parfaitement conscients des potentiels abus de la puissance impériale. C’est pourquoi le Congrès a été créé par l’article I, en tant que premier parmi ses pairs vis-à-vis de l’Exécutif créé par l’article II. Quand un Président des États-Unis ne tient pas compte de l’impératif constitutionnel de respecter les interdictions de l’article I, ce Président viole le serment d’investiture à travers lequel il s’engage à « préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis ». Il s’expose donc à des risques de destitution pour un tel comportement.

8. Le Congrès fait les choses à l’envers

Le Congrès ne devrait pas voter pour financer une guerre qu’il n’a pas déclaré. Le Congrès doit d’abord voter pour autoriser la guerre avant de voter pour financer celle-ci. Il est temps que le Congrès redéfinisse notre sécurité nationale, et qu’il prenne position afin de préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis. Le Congrès doit mettre un terme aux interventions illégales de l’administration [présidentielle] et aux abus des pouvoirs de guerre. Arrêtons de financer des interventions armées et des coups d’État. Le Congrès doit mettre un terme à la guerre permanente avant que son coût financier et social ne détruise notre nation. Le Congrès peut agir dès maintenant, en refusant des fonds et des armes à tout groupe ou toute nation qui ont été – ou qui sont encore – alliés avec l’EI, et avec les organisations qui l’ont précédé et qui lui succèderont. (…) gif banners Stigx Image Banner 500 x 500

L’Ukraine aujourd’hui

DéstockageUn intéressant article est publié le 18 août 2014 par OilPrice.com et relayé le 19 août 2014 par RussiaList.com. Il est écrit par un industriel US, Robert Bensh, de la firme Pelicourt LLC spécialisée dans le domaine de l’énergie et travaillant actuellement sur les ressources ukrainiennes. On sait que l’une des thèses favorites de la crise ukrainienne est l’activisme US pour déclencher cette crise, pour s’approprier l’essentiel des ressources énergétiques du pays. Bensh rapporte des nouvelles particulièrement préoccupantes de ce point de vue, – autant pour la situation ukrainienne elle-même que pour les perspectives d’exploitation de l’énergie (gaz) dans le pays. • Du point de vue de la situation économique du pays, Bensh prévoit une catastrophe économique très rapidement, à cause d’abord des hostilités dans le Donbass qui affectent gravement l’économie du pays. On voit qu’on se trouve là dans une perspective conjoncturelle venant s’ajouter aux perspectives structurelles, également très pessimistes, du fait de l’imposition de diverses mesures d’austérité par le FMI et l’UE. «The Ukrainian military’s showdown with separatists in the industrial east has forced coal mines to severely cut production or close down entirely. This has led to an electricity crisis that can only be staunched by cutting domestic production along with exports to Europe, Crimea, and Belarus — or worse, getting more imports from Russia. In the coal centers of Ukraine’s industrial east-Luhansk and Donetsk-fighting has forced the full closure of an estimated 50 percent of coal mines, while overall coal production has fallen 22 percent over the same period last year. Key industry sources say they will potentially run out of coal in less than three weeks. »For Ukraine, the second largest producer of coal in Europe, this will have a devastating impact on the energy sector, which is in a state of emergency, unable to get coal to thermal power plants that provide some 40 percent of the entire country’s electricity. In the wider energy picture, the halt of coal production sets Ukraine back a decade. The plan was to rely more on coal in order to reduce dependence on Russian natural gas. [...] »... Now [Ukraine] will have to increase imports of fuel to make up for the loss. But even then, the destruction of supply routes makes this challenging. Not only have coal supply routes been destroyed in the conflict, but other critical infrastructure has taken a hit as well, threatening other industries. Across the board, Ukraine’s industrial heartland is reeling from cut-off supply and shipping chains that threaten to destroy as much as 5 percent of Ukraine’s gross domestic product in the second half of this year.» • Un autre aspect particulièrement préoccupant pour les “investisseurs” étrangers, et surtout US, se trouve dans le comportement de la direction ukrainienne, et particulièrement par le biais des lois que vote le pouvoir exécutif au sein de la Rada. De nouvelles taxes qui viennent d’être votées sont perçues comme extrêmement préoccupantes (Bensh note dans son texte : «Full disclosure: my firm, Pelicourt LLC, is the majority shareholder of Ukraine’s third-largest gas producer, Cub Energy, and I have advised the U.S. and Canadian governments on the potential harm the new tax will cause.») Ce qui est tout à fait remarquable dans la description que fait Bensh, c’est l’attitude incohérente des législateurs ukrainiennes, qui votent des lois se contredisant, s'annulant les unes les autres. Le mot d’ordre en Ukraine, et dans ce cas à Kiev, semble être  : désordre, désordre, désordre... «But the new reality has insiders wondering how Ukraine will produce more of its own natural gas, after the implementation earlier this month of an amended tax code that targets private gas producers with a tax so high that they will significantly reduce production through the end of the year and beyond that is anyone’s guess. [...] [...O]observers can be forgiven their confusion over various measures Kiev has taken since the intensification of the conflict. Indeed, the signals coming out of Kiev have been mixed, at best. »While parliament has passed a bill allowing for sanctions against Russia, the state-run Naftogaz leadership has been quick to point out that we probably shouldn’t expect sanctions against Russian gas giant Gazprom, and the new bill doesn’t implement sanctions of any kind – it simply makes it legal to slap sanctions on Russian individuals should Kiev decide to do so. Another paper tiger. »Parliament has also adopted a bill approving the joint-venture lease of Ukraine’s gas-transit facilities with Western firms. At the same time, however, Kiev passed a new amendment to the tax code that doubles taxes for private gas producers and promises to keep Western investors as far away from Ukraine as they can get. »Each move is designed to negate the other. The economy is being destroyed, yet Kiev is itself destroying any chance of bringing in Western investment to prop it up. Western firms are invited to invest in Ukraine, while at the same time Ukraine makes a mockery of transparency and ensures that the investment climate is suddenly even less attractive than it was two weeks ago. Lip service is paid to developing more resources to build energy independence, but a new tax doubles costs for private producers who will stop producing and pick up stakes.» Opération Spéciale2 300x250Le spectacle est donc édifiant, à partir d’une source dite “de terrain”, préoccupée des réalités ukrainiennes plus que de la guerre des narrative et du triomphe des idéologies. L’Ukraine type-Kiev se présente, sans surprise à dire vrai, comme une descente dans le désordre à partir d’une situation déjà notablement bouleversée, désordre accélérée par les entreprises radicales de liquidation et de remise au pas des parties russophones, selon une tactique évidemment inspirée de l’américanisme qu’on qualifierait de carpet-shelling, – version terrestre ducarpet-bombing, comme on s’en doute. On ne sait si la “guerre du Donbass” donnera les résultats politiques et ethniques attendus, mais en attendant, justement, elle donne le résultat d’un saccage des infrastructures et de l’activité économique qui résonne dans tout le pays. La cerise sur le gâteau, c’est la “direction” politique, avec les dirigeants cooptés par la CIA, des hyperlibéraux aux néonazis préoccupés de leurs avantages divers, les oligarques habités d’ambitions politiques et maniant les bataillons dans le Donbass, et enfin la Rada si glorifiée lors du triomphe de Maidan et dont les pugilats courants débouchent sur des lois en cascades qui s’annulent et se contredisent. Si l’on veut, c’est une nouvelle version de l’aventure libyenne, en plus structurée avec les innombrables manipulations et manigances des divers groupes et agences américanistes et otaniens, et cette structuration permettant d’obtenir plus de désordre encore. L’incompétence affichée de la classe politique dirigeante ukrainienne, avec la corruption courante passée au dopage de la vertu américaniste-occidentaliste, devrait établir une nouvelle référence du domaine, confortant ainsi parfaitement l’analyse de Dimitri Orlov. Voilà donc encore une vaste théorie confrontée à la réalité du désordre. La thèse majoritaire pour expliquer l’entreprise américaniste en Ukraine a été et reste sans doute celle du pillage de l’énergie, passant notamment par les mirifiques perspectives de gaz de schiste et autres, tout cela dans un écrin hyperlibéral fait sur mesure. La réalité que nous livre monsieur Bensh peut se résumer, elle, à cette expression : paper tiger... Le tigre rugissant de l’hyperlibéralisme que promet d’être l’Ukraine, selon la narrative du Système, qui s’avérerait n’être qu’un “tigre de papier”. Mao doit bien rire dans sa tombe, qui l’avait bien deviné... Depuis près d’un quart de siècle, le mot d’ordre du “désordre créateur” ne cesse de résonner dans les analyses et les éditoriaux des guerriers de l’hyperlibéralisme. On pourrait peut-être envisager une simple variante, qui a le mérite de la simplicité, sinon de l’évidence : le désordre destructeur. Démonstration par Kiev, et la chose est conclue.

defense Mobile_768x128

Vers la création d’une coentreprise Algéro-Russe de munitions

Mobile_768x128 En marge du salon international de l'armement Oboronexpo-2014, les projets de coentreprises Algéro-Russes se font jour : Orange mobile_Origami Web_visuel005_160x600.gifRia Novosti du 14/08 a mis en ligne l'information dont le texte intégral est:"Le producteur russe des munitions Tehmash et l'Algérie pourraient créer une coentreprise, a annoncé jeudi à Joukovski Sergueï Roussakov, directeur général du consortium Tehmash. "Nous menons des négociations avec l'Algérie depuis longtemps. A mon avis, tout va bien et nous avons dressé des projets de coopération", a indiqué M.Roussakov lors du salon international de l'armement Oboronexpo-2014. Selon lui, les deux pays discutent de la création d'une coentreprise, de la livraison de munitions et de produits civils, ainsi que d'autres types de coopération. D'après Vladimir Tikhonov, directeur général adjoint de Tehmash, l'Algérie est l'un des principaux clients du consortium. Le consortium Tehmash (Technologies des constructions mécaniques) fait partie du holding russe de hautes technologies Rostec. Il réunit les producteurs de munitions pour chars T-90, véhicules blindés de combat d'infanterie BMP-3, canons automoteurs Msta, lance-roquettes multiples Ouragan et Smertch, ainsi que pour l'artillerie navale et l'aviation."

Le lancement des négociations « substantielles » inter-maliennes 1er septembre prochain à Alger

Déstockage L'aps, rapporte que le lancement des négociations inter-maliennes "substantielles", dans le cadre du processus d'Alger est fixé au 1er septembre prochain à Alger, a indiqué ce mercredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères. "Dans le cadre de la mise en oeuvre de la Feuille de route signée le 24 juillet dernier à Alger et à l'issue de consultations appropriées avec les parties maliennes ayant participé à la phase initiale du dialogue inter-malien inclusif du 17 au 24 juillet, l'Algérie, en sa qualité de chef de file de la médiation, a fixé la date du lancement des négociations inter-maliennes substantielles, dans le cadre du Processus d'Alger, au 1er septembre dans la capitale algérienne", a précisé la même source. PriceMinister_SuperPromos_visuel195_300x250.gif Cette décision, est-il ajouté, "qui répond au souci de réunir au bénéfice de la prochaine étape des négociations entre le gouvernement malien et les mouvements politico-militaires du Nord du Mali l'ensemble des conditions susceptibles de favoriser leur tenue dans un climat serein et constructif, a été prise à la demande de parties maliennes qui ont souhaité disposer de temps suffisant pour la consolidation et le parachèvement de leurs consultations et préparations". Toutes les parties maliennes concernées ainsi que les différentes composantes de l'équipe de médiation sont "dûment" informées de la date qui vient d'être fixée sur la base de "considérations strictement technique" et dans l'objectif de "promouvoir un déroulement harmonieux et un aboutissement heureux du processus", est-il expliqué. La phase initiale du dialogue inter-malien, qui avait eu lieu du 17 au 24 juillet à Alger, avait été sanctionnée par la signature par le gouvernement du Mali et six mouvements politico-militaires du nord de ce pays de deux documents comportant "la feuille de route pour les négociations dans le cadre du processus d'Alger" et une "déclaration de cessation des hostilités". Outre les représentants du gouvernement du Mali, les six mouvements signataires des deux documents étaient le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (dissident).

APS


La thèse,  » le vol visé est celui de Poutine pas celui du MH17″ reste crédible!

Sport 468x60 Le sérieux confirmé par plusieurs sources d'information et d'analyse du journaliste Robert Parry dans la crise du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines au dessus de l'Est de l'Ukraine me conduit à reproduire quasiment sans réfléchir certaines présentations sur les thèses véritable du crash du vol de la Malaysia Airlines MH17. je vous pris de voir cette présentation de ce journaliste exceptionnellement pragmatique daté du 08/08/2014 sur son site consortiumnews.com/ Générique Marques_160x600 "U.S. intelligence analysts are weighing the possibility that the shoot-down of Malaysia Airlines Flight 17 was a botched attempt by extremists in the Ukrainian government to assassinate Russian President Vladimir Putin whose aircraft was returning from South America the same day, according to a source briefed on the U.S. investigation. If true, the direction of the investigation into the July 17 crash has veered dramatically from initial U.S. government allegations that eastern Ukrainian rebels, using a Russian-supplied anti-aircraft battery, were responsible for bringing down the plane killing 298 people onboard. The Obama administration used those claims to whip up an anti-Russian hysteria that prompted European countries to ratchet up economic sanctions against Moscow, starting what now looks like an incipient trade war. But the U.S. analysts dismissed those original suspicions because they could find no evidence that such a missile battery had been supplied by the Russians or was in the possession of the rebels, prompting a shift in thinking toward a scenario in which Ukrainian hardliners working with elements of the air force may have tried to ambush Putin’s plane but instead hit the Malaysian airliner, said the source speaking on condition of anonymity. Putin flies in a plane with similar red, white and blue markings as the Malaysian airliner and was known to be on his way home after a six-day visit to South America. But his plane took a different route and landed safely in Moscow. After the crash, as U.S. intelligence analysts pored over phone intercepts and other intelligence data, they began to suspect that the motive for the shoot-down was the desire among some Ukrainian extremists to eliminate Putin whom they had been privately vowing to kill – words initially viewed as empty bluster but which were looked at differently in hindsight – the source said. If some Ukrainian authorities were hoping to ambush Putin’s plane, they also would have had only a matter of minutes to detect the aircraft’s presence and make a decision to fire, so it could be plausible that the attackers made a hasty decision to hit Putin’s plane before they realized that they had made a tragic mistake." je vous invite à lire http://www.intelligence-info.com/mh17-et-les-perspectives/

Le Mouvement des non-alignés (MNA) apelle les Nations unies (ONU) à protéger les civils dans la bande de Ghaza

Mobile_480x80 Lors d'une réunion d'urgence à Téhéran du Comité du Mouvement des pays non alignés sur la Palestine au niveau ministériel, les ministres ont appelé la communauté internationale et l'ONU à "aider à apporter aux victimes de l'agression israélienne dans la bande de Ghaza une assistance humanitaire de manière urgente", selon Fars. Ils ont également demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de "prendre des mesures obligeant Israël à cesser ses agressions militaires contre la population ghazaouie et à remplir toutes ses obligations du droit international". Dans leur déclaration, les ministres ont exigé d'Israël la levée totale du blocus qu'il impose à Ghaza depuis plus de huit ans. Par ailleurs, les ministres se sont félicités d'une décision prise par le Conseil aux droits de l'homme consistant à ouvrir une enquête officielle internationale et indépendante sur toutes les violations des droits de l'homme au cours des opérations militaires israéliennes dans la bande de Ghaza. Plus de 1.800 Palestiniens ont été tués, des civils pour la plupart, depuis le début le 8 juillet des agressions de l'armée d'occupation israélienne contre Ghaza.

18 individus interpellés et plus de quarante blessés dans des échauffourées entre bandes rivales à Berriane (Ghardaïa)

Des échauffourées entre jeunes de bandes rivales ont éclaté la nuit du premier jour et le deuxième de l'AID-EL-FITR à Berriane localité qui est à 45 km du chef lieu de la wilaya de Ghardaia, d'après la wilaya. Femme 300x250 Dix-huit personnes présumées impliquées dans ces échauffourées, ont été interpellées et seront présentées incessamment devant les instances judiciaires, a indiqué mercredi le wali de Ghardaïa, Abdelhakim Chater. Ces échauffourées, qui ont éclaté dans la localité de Berriane (45 km au nord de Ghardaïa) le premier jour de l'Aïd, ont fait 44 blessés dont 33 agents des forces antiémeute, a signalé le wali en précisant qu'un agent a été touché et a du être évacué vers l'établissement hospitalier spécialisé de Ouargla dans un état jugé grave. Ces échauffourées entre jeunes ont été marquées par des jets de pierres et de cocktails Molotov, suivis de 24 actes d'incendie qui ont touché 21 habitations, trois (3) commerces, deux (2) véhicules de la Sonelgaz et des édifices publics, a-t-il ajouté. Intervenant devant les notables et les représentants de la société civile de Ghardaïa, le wali a assuré que "l'Etat appliquera la loi contre les fauteurs de troubles et ceux qui tentent de mettre en péril la cohésion sociale de la région". Les échauffourées qu'a connues Berriane ont entraîné aussi une paralysie du trafic routier sur la RN-1, obstruant ainsi la circulation entre le nord et le sud du pays. Plusieurs actes de vandalisme et de destruction du mobilier urbain et trottoirs sont visibles dans la localité reflétant ainsi une image de désolation de Berriane, a-t-on constaté. Cette situation a amené les forces de sécurité, renforcées par des renforts des wilayas limitrophe, à intervenir en usant de bombes lacrymogènes pour séparer les antagonistes et rétablir l'ordre dans la localité ou un calme précaire est actuellement enregistré. Une opération de nettoiement sur la route nationale a été entamée mercredi ,pour effacer les stigmates de ces malheureux événements, ont assuré les services de la direction des travaux publics.

APS

gif banners Stigx Image Banner 500 x 500

A Gaza, le Massacre continue sous couvert!

Déstockage Malgré les gesticulations diplomatiques des uns et des autres, qui s'apparentent beaucoup plus à un couvert pour cette opération que la recherche d'une solution viable pour une paix globale et durable entre toutes les parties en coonflit. Il y'a d'une part  l’Égypte qui au fond ne veut pas de solution qui émancipera Gaza, de peur de perdre la main mise sur la gestion des aides financières et autres qui arrivent pour les gazaouis, n'oublions pas  que le développement des infrastructures touristiques de certaines villes sur les rives de la mer rouge sont le résultat des retombés des rencontres interminables sur la question palestinienne, ça fait plus de 60 ans depuis que ça dure. Il y'a d'autre part l'hyper puissant Bloc Americano-Occidentaliste(BAO), qui malgré sa devise des droits de l'homme, préfère la gesticulation à l'action parce qu'au fond le maintien du statu quo arrange ses dessins géostratégiques. Il y'a les autres pays qui soutiennent l'action des palestiniens activement, ils essaient de se faire un chemin pour une reconquête des cœurs et des esprits...etc. Pendant ce temps le bilan des massacres à Gaza ne cesse de s'alourdir jour après jour depuis le début de l'opération armée du gouvernement israélien sur la ville la plus dense au monde, GAZA. Depuis le début de l'opération, il y a trois semaines; plus de 1200 victimes gazaouis dont l'extr^me majorité sont des enfants et des civils. Des images insoutenables d'enfants, des femmes et des vieillards dans les décombres des écoles bombardés, des maisons des hôpitaux ,  les marchés, ... c'est atroce!
gif banners Stigx Image Banner 468 x 60

Lutte contre le trafic de drogues: Saisie de 1440 Kg de kif traité sur la route de Ghardaia

DéstockageDans le cadre de la lutte contre le trafic de drogues, un détachement de l'Armée Nationale Populaire relevant de la 4ème Région Militaire soutenu par des éléments de la Gendarmerie Nationale, ont saisi, dans la nuit de, jeudi 07 Août 2014, à 22h15, une quantité de kif traité s'élevant à 1440 kilogrammes. L'opération a eu lieu au niveau de la route nationale reliant la ville de Ghardaïa et de Ouargla, où un camion transportant quarante-huit (48) sacs de kif traité pesant 30 Kilogrammes chacun a été intercepté. Le conducteur du camion et deux (02) autres personnes à bord d'un véhicule touristique ont également été arrêtés au cours de cette opération et une enquête a été ouverte dans cette affaire. Mobile_768x128

Paris appelle à réunir le Conseil de sécurité en urgence sur la situation en Irak

gif banners Stigx Image Banner 728 x 90 "La France est très vivement préoccupée par les dernières avancées de l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) dans le nord de l'Irak et par la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne du pays, et par les exactions intolérables qui sont commises", stipule le document. Homme 120x600"Face à la gravité de cette situation dont la population civile et les minorités religieuses sont les premières victimes, la France demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, afin que la communauté internationale se mobilise pour contrer la menace terroriste en Irak et pour apporter aide et protection aux populations menacées", déclare la diplomatie française. Dimanche, l'Etat islamique (EI) a lancé une offensive éclair dans le nord kurde de l'Irak. Les djihadistes se sont emparés de trois grandes agglomérations, dont Sinjar, ainsi que de l'une des plus grandes digues du pays, située près de Mossoul (nord). Appuyé par des sunnites irakiens et par d'anciens militaires de l'armée de Saddam Hussein, le groupe extrémiste Etat islamique a envahi depuis juin dernier une vaste région irakienne englobant les provinces de Ninawa, de Salah ad-Din et d'Al-Anbar. Déstockage Expédition en 24h

Le Hamas rejoint une délégation palestinienne au Caire pour négocier un cessez-le-feu

Electro_468x60 Six responsables du mouvement palestinien Hamas ont rejoint dimanche au Caire une délégation palestinienne devant mener des discussions en vue d'un cessez-le-feu dans la bande de Ghaza au 27ème jour de l’opération sanglante  israélienne, selon plusieurs sources. Six membres du Hamas, menés par Ezzat al-Rishq, haut responsable du mouvement, sont arrivés dimanche depuis Doha, selon un responsable de l'aéroport et l'agence officielle égyptienne Mena. Cinq autres membres de la délégation palestinienne, parmi lesquels Majed Faraj, chef de la sécurité de l'Autorité palestinienne, étaient déjà arrivés au Caire samedi soir. Les représentants du mouvement de résistance Jihad islamique sont toujours attendus ainsi que l'envoyé des Etats-Unis au Moyen-Orient Franck Lowenstein et l'émissaire du Quartette pour le Proche-Orient Tony Blair, en vue des négociations qui devraient débuter dans la journée, alors que plus de 1.700 Palestiniens ont déjà été tuées en 27 jours de bombardements. L'Egypte a invité Israéliens et Palestiniens à envoyer des délégations au Caire pour des négociations en vue d'un cessez-le-feu durable à Ghaza. Le président palestinien Mahmoud Abbas avait assuré qu'une délégation composée de membres de son mouvement, le Fatah, mais aussi du Hamas et du Jihad islamique, se rendrait en Egypte "quelles que soient les circonstances". La délégation palestinienne s'entretiendra avec les médiateurs égyptiens notamment sur l'exigence du Hamas de la levée du blocus imposé à Ghaza depuis 2006 et de la libération de certains prisonniers comme conditions préalables à tout cessez-le-feu. De son coté, l'occupant israélien refuse "de promouvoir un accord avec le Hamas" et poursuivait dimanche ses opérations destructrices et meurtrières assimilables à des massacres collecti  à Ghaza.

La Russie mobilise ses reservistes

Electro_468x60 Expédition en 24hLe ministère russe de la Défense a mobilisé les réservistes dans le cadre d'exercices militaires qui se dérouleront dans tout le pays entre août et octobre, indique vendredi le ministère dans un communiqué. "La formation concernant les principales spécialités militaires aura lieu pendant deux mois directement dans les garnisons et unités militaires", lit-on dans le communiqué. Les exercices visent à familiariser les réservistes avec l'usage et l'entretien des nouveaux modèles d'armement et d'équipement. Parmi les spécialités concernées figurent les communications, les missiles, l'artillerie et la logistique. L'infanterie motorisée et les forces côtières de la marine sont également concernées, indique le ministère. Les réservistes recevront une compensation financière. Ils seront en outre nourris, soignés, et dédommagés de leurs frais de voyage. Le ministère rappelle que ces exercices ont été prévus en novembre 2013, au moment de la conception du plan de préparation des Forces armées russes pour l'année 2014. gif banners Stigx Image Banner 500 x 500

Le Pentagone envoie des experts militaires en Ukraine

Luxe Femme 468x60 Ria Novosti rapporte que le département américain de la Défense a envoyé huit experts militaires en Ukraine, rapporte dimanche le journal Washington Times se référant à la porte-parole du Pentagone Eileen Lainez. D'après l'interlocutrice du journal, les spécalistes US ont pour mission de partager avec leurs collègues ukrainiens des "tactiques et des techniques de planification", ainsi que des méthodes de suppression de troubles de masse. Opération Spéciale2 300x250"Avec le soutien de Kiev et du département d'Etat américain, les experts étudieront également les possibilités d'élargir la coopération avec Kiev en vue de renforcer les capacités militaires de l'Ukraine", a expliqué Mme Lainez. Les autorités de Kiev ont signé le 5 septembre à Minsk un accord de cessez-le-feu avec les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Dans la nuit du 19 au 20 septembre, Kiev et les insurgés de l'est de l'Ukraine ont en outre signé un mémorandum de paix qui prévoit l'arrêt de l'usage des armes, le retrait de 15 km des pièces d'artillerie lourdes depuis leur "ligne de contact", la création d'une zone de sécurité de 30 km dans l'est de l'Ukraine, l'interdiction de survol de la zone de sécurité aux avions de combat et drones et le départ des mercenaires étrangers des deux camps.

Rétrospective sur une partie du projet  » Société des libertés » qu’Ali Benflis a présenté durant la compagne présidentielle de 2014

Mobile_768x128 J'ai découvert cette compilation par un ami qui venait de la partager sur facebook, j'ai jugé utile de la mettre en ligne. Oui c'est une rétrospective sur une partie du projet " Société des Libertés", que Monsieur Ali Benflis avait présenté pour l’élection présidentielle Algérienne d'Avril 2014.

Sellal réitère la volonté de l’Algérie de mettre fin à la crise en Libye dans le cadre du mécanisme des pays limitrophes

FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60 Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a rencontré mercredi à Washington son homologue libyen Abdallah Al-Theni auquel il a exprimé la volonté de l’Algérie de mettre fin à la crise qui secoue la Libye dans le cadre du dispositif des pays limitrophes lancé en juillet à Tunis. DéstockageM. Sellal a reçu Al Theni en marge du sommet politique afro-américain, consacré essentiellement aux questions de la paix et la sécurité en Afrique. "Le Premier ministre a réitéré le plein soutien de l’Algérie à la Libye et sa volonté de coopérer avec les pays limitrophes dans le cadre du dispositif mis en place à Tunis en vue de mettre fin à l’effusion de sang et de restaurer la paix dans ce pays frère", a indiqué à l’APS l’ambassadeur d’Algérie à Washington Abdellah Baali, au terme de cet entretien. Les deux Premiers ministres ont également abordé l’évolution de la situation politique et sécuritaire en Libye où le climat s’enlise, accentué par de profondes divergences politiques entre courants islamiste et nationaliste. L'Algérie avait appelé récemment par la voix du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra l'ensemble de la communauté  internationale à se mobiliser face à la détérioration de la situation en Libye, et à aider ce pays à "relever tous les défis qui l'assaillent". Pour mettre fin au chaos libyen, les Etats voisins de la Libye ont décidé en juillet à Tunis de mettre en place deux commissions, l'une sécuritaire présidée par l'Algérie et l'autre politique présidée par l'Egypte. La commission sécuritaire a pour mission de coordonner entre la Libye et les pays voisins pour renforcer les mesures sécuritaires et le contrôle des frontières. Elle va également œuvrer à intensifier la coopération avec tous les groupes armés en Libye qui obéissent à l'autorité de la loi et croient en l'avenir de la Libye en tant que pays uni, avait indiqué juillet passé à Tunis le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères des Etats voisins. aps Pantalons pour elle et lui en promo !
 
FEMME | HOMME | ENFANT
Chaussures Vêtements Sport Accessoires Luxe Maison Marques Promos %
 

Six morts et 420 blessés dans le séisme d’Alger selon la cellule de crise du ministère de la Santé

1. istart GIF 468x60 Le séisme qui a secoué vendredi tôt le matin la capitale et sa périphérie, a fait six (6) morts et 420 blessés, selon un bilan des services hospitaliers arrêté à 12h30, a-t-on appris auprès de la cellule de crise installée au niveau du ministère de la Santé. Il s'agit de quatre personnes, prises de panique, qui se sont jetées par la fenêtre et deux autres, décédées suite à un arrêt cardiaque, a précisé la même source. Quant aux blessés, la majorité ont quitté les établissements hospitaliers où ils ont été admis après avoir reçu les soins nécessaires, a relevé la même source, ajoutant que "seulement 21 d'entre eux ont été hospitalisés, dont sept seront opérés aujourd'hui (vendredi)". Le séisme, de magnitude 5.6 sur l'échelle ouverte de Richter, a eu lieu à 05H11. Son épicentre a été localisé à 19 km au nord-est de Bologhine. La secousse a été ressentie également à Tipasa, Blida, Boumerdes et Tizi-Ouzou. APS