GetSocial

L’Algérie, chef de file de la médiation au Mali, s’engage pour un règlement définitif

L’Algérie, toujours engagée aux côtés de ses voisins au moment de crises et de difficultés, a poursuivi, durant l'année 2014, son rôle de chef de file de la médiation pour la résolution de la crise politico-militaire qui prévaut dans la région nord du Mali. Sur fond de "satisfaction" des parties maliennes dans la cadre du dialogue inclusif pour le règlement de la crise malienne, Alger, soutenue par les pays de la sous-région et la communauté internationale, abrite depuis juillet 2014, les pourparlers dans un esprit de "transparence", règle prônée par l’Algérie dans la médiation pour la résolution des conflits. Au moment où les parties maliennes, gouvernement et groupes armés du nord, s’approchent d’une solution définitive et durable à une situation ayant mis à mal la paix et la stabilité, l’Algérie, dont le rôle de médiateur est salué par la communauté internationale et l’Union africaine (UA), œuvre pour que sa coordination avec l’ensemble des parties concernées soit "complète et parfaite". Cette attitude est inspirée de la conviction qu’il n’y a absolument pas de rivalité entre les médiateurs mais plutôt une "complémentarité" dans les efforts avec, comme objectif principal, la satisfaction de toutes les parties au conflit. Electro_468x60 FR Malwarebytes Anti-Malware Image Banner 160 x 600 v2 Depuis le coup d’État de mars 2012 qui a fragilisé ce pays sahélo-saharien et la dégradation de la situation dans sa région du nord, l'Algérie a pesé de tout son poids pour l’amorce d’un dialogue, en présentant des éléments crédibles à même de rapprocher les points de vue des protagonistes. En effet, le processus de règlement de la crise malienne avait amorcé le virage décisif grâce aux résultats des consultations exploratoires, menées par l’Algérie avec toutes les parties maliennes qui s’étaient rendues, par la suite à Alger en juillet dernier, pour un dialogue inclusif dans un esprit de respect de l’intégrité territoriale du Mali. Aussi, forte de l’engagement des toutes les parties maliennes qui avaient signé deux importants documents, la médiation algérienne a offert les éléments d’éclairage sur lesquels la communauté internationale s’appuie dans son travail autour du processus de réconciliation au Mali. Encouragée dans sa démarche, notamment après la signature à Alger, de la plateforme préliminaire  engageant les différentes parties à respecter pleinement l'"intégrité territoriale et de l'unité nationale" du Mali et la "Déclaration d'Alger" pour la "consolidation de la dynamique d'apaisement en cours et l'engager dans le dialogue inter-malien inclusif", l'Algérie poursuit ses efforts et continue à conduire les négociations autour de ce dialogue. "La partie algérienne a accepté de poursuivre ses efforts et de conduire le processus de négociations inhérent à la phase initiale du dialogue inter-malien inclusif", avait-on mentionné avec l’espoir d’une sortie réelle du conflit qui  frappe la région nord du Mali. - Optimisme quant à un accord de paix global - Cet optimisme est, en effet, justifié par les étapes franchies dans le dialogue vers la conclusion d'un accord de paix global et durable, sous l’impulsion du chef de file de la médiation, l’Algérie, saluée par toute la communauté internationale et les organisations régionales pour ses efforts et sa sincérité. "Nous venons de franchir une étape que je juge décisive. Elle n'est pas la dernière (à) mais je crois que nous avançons, et cela grâce à la médiation de l'Algérie", avait déclaré le représentant spécial adjoint de la Mission multidimensionnelle intégrée de l’ONU pour la stabilisation du Mali (Minusma), Arnauld Akodjenou. Le gouvernement malien et les représentants des groupes politico-militaires de la région du nord du Mali ont accepté "comme une base solide" un document de négociation comportant des éléments d'un accord de paix soumis par la médiation. "Les parties maliennes ont rendu hommage à l'équipe de médiation pour la qualité du document présenté et l'ont accepté comme une base solide pour l'élaboration d'un accord de paix, ce qui constitue en soi une avancée significative dans le processus de réalisation de la paix au Mali", avait précisé le ministère algérien des Affaires étrangères. Le document a été établi sur la base des propositions présentées par les parties lors de la phase de négociation ayant eu lieu au mois de septembre dans le cadre des quatre groupes de négociations thématiques relatifs aux questions politiques et institutionnelles, défense et sécurité, développement économique, social et culturel ainsi qu’à la réconciliation, la justice et les affaires humanitaires. C’est sur cette toile de fond que le dialogue inter-malien se poursuit en Algérie, terre de paix, de réconciliation et d’amitié entre les peuples.

APS

FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60 Mobile_768x128

Le chef du Groupe Terroriste Armée « AIS », Madani Mezrag du 2 Janvier 2006 dans « Jeune Afrique »

Madani Mezrag, un assassin qui s'assume ? « Oui, j'ai tué de mes propres mains », avoue-t-il sans la moindre gêne. Son premier assassinat ? Mezrag le raconte d'une voix dépourvue d'émotion. « C'était en 1993, dans la région de Jijel, au cours d'une embuscade dressée contre un convoi militaire. Le jeune militaire agonisait encore lorsque j'ai arraché le Kalachnikov de ses mains. J'ai gardé cette arme pendant plusieurs années, mais je l'ai toujours détestée. Pourquoi ? Parce qu'elle m'a toujours rappelé les râles de ce militaire au moment où il rendait l'âme. » Ce n'est pas la seule fois que cet homme tuera de ses propres mains. Un haut responsable de l'armée raconte volontiers que Madani Mezrag a éborgné un soldat avec une fourche avant de le découper en morceaux. Madani Mezrag assume tout, les morts et la lutte armée contre l'État algérien, mais fait le distinguo entre l'AIS et les GIA (Groupes islamiques armés), responsables de massacres collectifs et de tueries aussi barbares qu'inhumaines. « L'AIS, l'organisation que j'ai dirigée, ne s'est jamais attaquée aux civils », prétend-il. Mais, une fois la guerre déclenchée, tous les moyens sont bons. Tous, y compris les assassinats individuels, les attaques contre l'armée, la police et la gendarmerie, les faux barrages, la liquidation des éléments soupçonnés de collaboration avec le pouvoir, les vols, les rackets, les pillages. Tous les moyens, insiste-t-il. La guerre entre les deux camps est si impitoyable que les prisonniers n'échappent pas à la vindicte des hommes de Madani Mezrag. « Les prisonniers étaient systématiquement tués, raconte-t-il. Bien sûr, sur le plan humain cela me touchait mais, en tant que chef de guerre, je ne devais pas m'encombrer d'états d'âme. Il fallait tuer ou être tué. »

Communiqué de M. Ali Benflis du 14 décembre 2014

Le régime politique en place dans notre pays vit en état de total désarroi. C’est ce désarroi qui l’amène à persister dans son attitude de déni des réalités et dans la fuite en avant. Il vient de lancer un appel désespéré à sa clientèle politique, qui y’a répondu avec zèle et empressement, pour appuyer la guerre d’usure qu’il livre sans retenue à l’opposition nationale. Celle-ci est accusée de tous les maux du pays : elle est accusée de manière inacceptable et indigne d’exposer le pays à l’aventure, de menacer sa stabilité et de favoriser l’ingérence extérieure dans les affaires nationales. Nous rejetons avec force toutes ces accusations que nous tenons pour ce qu’elles sont : de vaines tentatives d’un régime politique en fin de parcours qui croit pouvoir assurer sa survie et son salut en rejetant sur les autres la responsabilité de ses errements et de ses échecs. Ses tentatives que lui dictent sa faillite et son désespoir ne trompent personne et certainement pas le peuple Algérien qui n’est que trop instruit des dangers de l’impasse politique, économique et sociale à laquelle il a conduit le pays. L’aventure n’est pas dans l’action de l’opposition mais bel et bien dans l’attitude déraisonnable et obstinée de condamner tout un pays à l’immobilisme et à la stagnation au seul bénéfice d’intérêts claniques et de réseaux rentiers. Les menaces pouvant peser sur le pays ne résident pas dans les initiatives légitimes de l’opposition nationale que ne guide que son devoir patriotique, mais sont manifestement portées par la vacance du pouvoir, la mise à l’arrêt des institutions nationales et l’illégitimité et la non représentativité de ces institutions. Quant à l’ingérence étrangère, elle est recherchée et même souhaitée par le régime en place lorsqu’elle le conforte et lui témoigne ses complaisances, mais elle est dénoncée et ciblée dès lors qu’elle met en exergue ses manquements et ses contradictions. Le chantage à la stabilité et à l’ingérence étrangère est un argument creux, dont le régime en place a tellement abusé, qu’il a perdu toute crédibilité. De même en se présentant comme seul garant et comme seul défenseur de cette stabilité,le régime politique en place n’est attachée qu’à usurper une légitimité sécuritaire comme substitut à la légitimité populaire qu’il n’a pas. Notre peuple est seul juge du comportement des uns et des autres. Les tentatives d’intimidation, les menaces et les mises en accusations abusives n’auront pas raison de la détermination de l’opposition nationale à assumer le devoir national qu’elle saura mettre à la hauteur des exigences de la situation critique à laquelle la Nation toute entière fait face. Alger le, 14 décembre 2014 Ali Benflis

Un terroriste abattu par les forces de l’ANP à Jijel (MDN)

Un terroriste a été abattu par les forces de  l'Armée nationale populaire (ANP), vendredi, lors d'une opération de ratissage menée dans la région de Tiferassen, dans la wilaya de Jijel, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Mobile_768x128 "Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement des forces de l'Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel de Jijel/5ème région militaire, a abattu un (01) terroriste suite à une opération menée vendredi à 8h50 aux environs de Tiferassen/wilaya de Jijel", précise la même source, soulignant que l'opération est "toujours en cours". "Par ailleurs, et dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, des éléments de la Gendarmerie nationale, relevant du secteur opérationnel d'In Guezzam/6ème région militaire, ont arrêté, hier jeudi 27 novembre 2014, lors d'une patrouille, deux (02) individus de nationalité algérienne et ont saisi un (01) véhicule et près de 1.000 litres de carburant destinés à la contrebande", ajoute la même source.

Une petite aide de mon Ami? « China Prepares To Bailout Russia »

FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60 Tyler Durden, sur ZeroHedge.com le 17 décembre 2014, écrit clairement, dans des commentaires sur diverses informations évoquant les liens de la Chine et de la Russie, sa conviction que la Chine se prépare à venir en aide à la Russie et au rouble en difficulté : «China Prepares To Bailout Russia...» Durden cite des textes de Bloomberg.News, du South China Morning Post, etc. Pour l’instant, il s’agit de spéculations autour de l’une ou l’autre opération financière de secours de la Chine vers la Russie, avec les “pour” et les “contre”. Mais les commentaires de Durden, que nous citons, qui encadrent des citations des articles référencés, vont dans le sens d’une conviction qu’il va sans doute y avoir une prise de position de la Chine, avec des mesures prises. FR Malwarebytes Anti-Malware Image Banner 160 x 600 v2 Earlier this evening China's State Administration of Foreign Exchange's (SAFE) Wang Yungui noted “the impact of the Russian Ruble depreciation was unclear yet,” and, as Bloomberg reported, “SAFE is closely watching Ruble's depreciation and encouraging companies to hedge Ruble risks.” His comments also echoed the ongoing FX reform agenda aimed at increasing Yuan flexibility which The South China Morning Post then hinted in a story entitled “Russia may seek China help to deal with crisis,” which which noted that Russia could fall back on its 150 billion yuan ($24 billion) currency swap agreement with China if the ruble continues to plunge, that was signed in October. Furthermore, two bankers close to the PBOC reportedly said the swap-line was meant to reduce the role of the US dollar if China and Russia need to help each other overcome a liquidity squeeze. [...]»... As we discussed in October when the swap deal was signed, as if to assure all involved parties that there will be enough capital support on both sides, the PBOC released a surprising announcement that the central banks of China and Russia signed a 3-year, 150 billion yuan bilateral local-currency swap deal today, according to a statement posted on PBOC website. Deal can be expanded if both parties agree, statement says. Deal aims to make bilateral trade and direct investment more convenient and promote economic development in 2 nations. To be sure, some such as Bloomberg, are skeptical that the unprecedented pivot by Russia toward China as it shuns the west, will merely harm the Kremlin. Others, however, wonder: who will be left standing: Europe, with its chronic deficit of energy and reliance on Russia; or Russia, a country overflowing with natural resources, whose economy is currently underoing a dramatic and painful shift, as it scrambles to dissolve all linkages to the Petrodollar and face the Gas-O-Yuan? ... [...] Is ‘isolated’ Russia about to be bailed out by the world's largest economy China? Durden rappelle également les nouveaux liens tissés entre les BRICS, notamment leur propre “Banque Mondiale”, la CRA (Contingent Reserve Arrangement), mise en place à la fin du printemps et qui pourrait jouer son rôle. Cet ensemble de spéculations autour de la situation de la Russie et du rouble tend évidemment à donner un éclairage de plus en plus directement politique à cette crise-là, – parmi tant d'autres, de crises, – et un éclairage où les affrontements pourraient prendre de plus en plus l’allure du “bloc-contre-bloc” plutôt que la narrative de l’hallali contre la “Russie isolée” dont se repaît toute toute la presse-Système, du Financial Timesau Wall Street Journal. C’est là le nœud gordien : passer de l’économico-financier au politique, et le nœud pourrait être tranché plus vite que l’on ne pense parce que tout, dans la situation de cette crise générale, y pousse.

Défense

Les techniques d’“interrogatoire renforcé” de la CIA sont comparées à celles de la Gestapo!

Central Intelligence Agency Sputnik.News, qui est allé interroger Mc Govern, le 10 décembre 2014 nous apporte une comparaison entre ces techniques et celles de la Gestapo nazie; "The same interrogation techniques, employed by the CIA, can also be found in the Gestapo handbook, former CIA analyst Raymond McGovern told Sputnik. “Enhanced interrogation” is a direct literal translation of the German “verschaerfte vernehmung” – and that's what the Gestapo manual called the same techniques. “Whether the US knew this literal translation or not, it is still quite ironic that the techniques are the same, including waterboarding,” McGovern, who worked at the CIA for over 40 years, said Tuesday. [...]", "The analyst applauded Senator Feinstein for releasing the report, which he said was necessary because someone needs to exercise oversight when people are violating both US law and the UN convention against torture. “It is necessary to expose these things to the light of human conscience and to international opinion so people can see what happened and hopefully be deterred from letting it happen again,” McGovern said...". FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60 Mobile_768x128

Israël apporte-t-elle soutien aux Terroristes Syriens ?

Sport 468x60 Selon divers sources informations, des avions de combat israéliennes ont mené dimanche des raids à proximité de l'aéroport international de Damas, avait annoncé à l'état-major syrien. "Les forces aériennes israéliennes ont effectué des frappes visant un dépôt de munition, ce qui a causé d'énormes explosions à proximité de l'aéroport international", a fait savoir l'interlocuteur de l'agence". « L'ennemi israélien a attaqué la Syrie en visant deux régions sécurisées [gouvernementales] de la province de Damas : le secteur de Dimas (nord-ouest) et celui de l'aéroport international de Damas », a indiqué la chaîne. L'armée et l'aviation israéliennes ont mené plusieurs attaques contre des positions militaires depuis le début de la révolte contre le régime, en mars 2011. Ainsi la question du soutien se pose réellement!

Accord ou pas avec les Six sur le Nucléaire Iranien ?

Déstockage Malgré que  le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui avait déclaré ce Samedi à partir de la Capitale Autrichienne que des divergences profondes persistent sur le dossier nucléaire Iranien; les médias de la république islamique ont rapporté que "Téhéran et les six médiateurs internationaux (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont enregistré un accord-cadre lors des négociations sur le nucléaire iranien à Vienne". Une nouvelle rencontre tripartite était programmée encore entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et la coordinatrice des Six Catherine Ashton. Les chefs de la diplomatie iranienne, européenne, française, américaine et britannique sont réunis à Vienne pour tenter d'arracher un accord sur le dossier du nucléaire iranien. L'Iran refuse de céder sur son programme d'enrichissement et veut un engagement précis sur la levée des sanctions. Un échec des négociations serait lourd de conséquences pour toutes les parties.

Abdelmalek Sellal, l’homme le plus actif de l’Etat Algérien !

Déstockage Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui est incontestablement l'homme le plus dynamique de l'équipe en place à Alger, a reçu ce jeudi le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, en visite de travail à Alger dans le cadre des rencontres périodiques de concertation, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre. "L'entretien a permis d'aborder l'état des relations bilatérales et les deux parties ont exprimé leur satisfaction quant à leur qualité et à l'existence de réelles opportunités susceptibles d'être exploitées dans le cadre du développement de la coopération", ajoute le communiqué. PriceMinister_SuperPromos_visuel195_300x250.gif"Abordant les autres questions, les deux responsables ont examiné la situation sous-régionale et ont convenu de consolider la coordination entre les deux pays", a-t-on relevé de même source. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et du ministre délégué, chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel.

APS

Le commandement de la Gendarmerie nationale évalue le dispositif surveillance de la bande frontalière ouest

APS. Une commission relevant du commandement de la Gendarmerie nationale est à pied d’oeuvre dans la bande frontalière ouest du pays, dans le cadre d’une tournée, entamée mercredi, pour s’enquérir du dispositif et des moyens humains et matériels engagés dans la sécurisation du territoire et des frontières et la lutte contre la contrebande, a-t-on appris auprès de cette institution sécuritaire. En application des orientations du commandant de la Gendarmerie nationale, le général major Ahmed Boustila, cette opération, pilotée par le commandant des unités des gardes-frontières, le général Mohamed Berkani, a pour objectif d’évaluer les performances et les efforts des unités sur le terrain, notamment celles ayant pour mission la surveillance du territoire et la lutte contre la contrebande. La tournée concerne la bande frontalière entrant dans la compétence territoriale des wilayas de Tlemcen et Naama, laquelle relève de la compétence du deuxième commandement régionale de Gendarmerie nationale basé à Oran, a-t-on indiqué de même source. Cette mission vise également à actualiser les plans de lutte et à les adapter aux impératifs de la lutte contre le crime organisé transfrontalier. Elle a également pour but de s’enquérir des conditions de modernisation des unités des garde-frontières, "appelés prochainement à être renforcées par des moyens humains et de nouveaux équipements dans le cadre du développement du dispositif préventif de la sécurité frontalière pour faire face aux réseaux de contrebande et d’immigration clandestine qui adoptent différentes manières et méthodes de temps à autre", a-t-on expliqué. Cette tournée intervient au moment de l’achèvement de la pose  d’équipements, à savoir des obstacles et des tranchés, le long du tracé frontalier ouest du pays, par la Gendarmerie nationale pour dissuader les trafiquants et combattre la contrebande. "Ces actions seront prochainement suivis par d’autres mesures opérationnelles afin de renforcer la surveillance du territoire et de la bande frontalière et, par conséquent, préserver la sécurité et l’économie nationales et la santé publique", a-t-on souligné de même source. Les unités des garde-frontières ont déjà élaboré des stratégies de lutte contre le phénomène de la contrebande, en coordination avec les brigades et les sections territoriales de la gendarmerie concernant les wilayas frontalières, en s’appuyant sur les patrouilles pédestres et motorisées, soutenues par des survols d’hélicoptères, qui ont contribué à contrôler et intercepter les mouvements de contrebandiers sur les frontières, notamment dans l’obscurité. Ces actions se sont soldées par la mise en échec de plusieurs tentatives d’introduction, dans le territoire national, d’importantes quantités de kif traité provenant du Maroc. Les services de la Gendarmerie nationale, à travers les activités de ses unités territoriales et de gardes-frontières, ont déjoué plusieurs tentatives de trafic de kif vers l’Algérie par la bande frontalière, selon un bilan des neuf premiers mois de 2014 concernant les wilayas dans l’ouest du pays, avec la saisie de plus de 71 tonnes de kif traité dont 53 tonnes dans la bande frontalière relevant des deux wilayas de Tlemcen et Naama.

APS

Igor Chouvalov est contre la levée rapide des sanctions anti-Russe

FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60 Le ministre russe Igor Chouvalov, adjoint au Premier ministre chargé de l’économie, demande à ce que les sanctions du bloc BAO(Bloc Americano-Occidentaliste) contre la Russie ne soient pas trop vite levées, car ce serait la pire des choses. Si les sanctions tiennent suffisamment longtemps, elles vont constituer un incitatif irrésistible pour forcer la Russie à une modernisation industrielle, agricole et financière qui renforcera notablement ce pays. Quand on vous dit que le bloc BAO, qui conduit notre civilisation avec saint-Obama en tête de la procession, œuvre pour le bien-être de tous dans le monde, on ne sollicite pas vraiment la vérité. C’est Russia Insider (RI) qui, le 30 octobre 2014, reprend des extraits d’une interview de Chouvalov par Nikolai Petro, deRussia Direct, en marge de la réunion du Club Valdaï, à Sotchi. «Russian First Deputy Prime Minister Igor Shuvalov put forward the view that, if they last long enough, Western sanctions will be an impetus for modernization. The very worst thing that the West could do now is to lift sanctions quickly. This would have the short-term effect of telling government officials and the heads of state enterprises that they need do nothing to change.» Russia would be caught in a more stringent liquidity crunch, as it waited for the end of sanctions to take effect, but still could not obtain credit cheaply or quickly. Shuvalov therefore concluded that, “the sooner sanctions are lifted, the worse for Russian modernization.” "He went on to list several reasons why conditions are now optimal for Russian modernization: Falling gas prices are forcing Russian producers to be more productive; sanctions are forcing Russian companies to search for new sources of international funding at a time when the emerging economies have more cash liquidity than their Western counterparts; low debt and high cash reserves means that Russian investment programs can continue without foreign borrowing – at most, he said, if further sanctions are imposed, Russia will delay full implementation of current programs for two years..." • RI attire également notre attention sur les dernières lignes de cet extrait, où Chouvalov rapporte un échange de propos entre Poutine et le vice-président US Biden, il y a quelques années. Biden, toujours franc du collier dans ses affirmations, avait dit à Poutine que la Russie était trop faible pour assurer le leadership mondial ; Poutine lui avait répliqué qu’elle était bien assez forte pour qu’aucun leadership mondial ne puisse s’affirmer sans son accord... «Shuvalov concluded by telling us of a discussion that Putin allegedly had with U.S. vice president Joe Biden several years ago. Apparently, Biden had just told Putin that Russia was simply too weak to compete for global leadership. Putin replied that, while Russia might not be strong enough to compete for global leadership, Biden might reflect on the fact that Russia will still be strong enough to determine who that leader will be.»

Defense

FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60

Victoire écrasante de Shinzo Abe au pays du soleil levant

Selon les estimations de la chaîne se basant sur les résultats de sondages à la sortie des urnes,  le Parti Libéral Démocrate (PLD, droite) aurait obtenu entre 275 et 306 des 475 sièges en jeu, et pourrait conserver une majorité des deux tiers de la chambre basse avec son allié centriste Nouveau Komeito qui a obtenu entre 31 et 36 sièges. Toujours selon la NHK, le Parti Démocrate du Japon (PDJ, centre gauche), deuxième formation du pays, ne recueillerait qu’entre 61 et 87 sièges. Ces élections, qui devaient impliquer plus de 105 millions de Japonais ont toutefois été marquées par un très fort taux d'absentions, estimé à près de 48%. Le 21 novembre, en dissolvant la chambre basse, le chef du gouvernement japonais a déclaré  vouloir demander à la population son avis sur la poursuite de sa politique censée redresser l'économie.

Coup dur contre la lutte anti Daech; l’UE interdit de livrer du carburant pour moteurs à réaction pour la Syrie

Déstockage C'est un coup dur pour le gouvernement syrien qui vient d'être donné par le conseil de l'UE, il vient d'interdire la livraison du carburant pour moteur à réaction a rapportée l'agence russe Ria Novosti qui cite elle-même une source au sein du conseil de l'UE. PriceMinister_SuperPromos_visuel195_300x250.gif"Le Conseil de l'UE a aujourd'hui interdit d'exporter vers la Syrie du carburant  pour moteurs à réaction, ainsi que des additifs spécifiques", a déclaré cette source pour l'agence russe Ria Novosti. Selon cette source, cette décision fait suite aux ententes politiques intervenues lors de la rencontre des chefs de diplomatie de l'UE tenue en octobre dernier. "Le Conseil a adopté cette mesure pour la seule raison que ce carburant est utilisé par les forces aériennes du régime d'Assad qui effectuent des frappes aériennes désordonnées contre les civils", a affirmé l'interlocuteur de l'agence. D'après toujours cette source, les documents juridiques autorisant cette interdiction, ainsi que les types de carburant et d'additifs interdits seront publiés le 13 décembre au Journal officiel de l'UE. La nouvelle sanction entrera en vigueur le 14 décembre.  

L’opposition chiite au royaume de Bahreïn boycotte les élections

Mobile_768x128 Les Bahreïnis votaient ce samedi pour élire leurs députés à l'occasion des premières élections générales depuis la contestation anti-régime de 2011. Le scrutin est bien évidement boycotté par l'opposition chiite de ce petit royaume du Golfe allié des Etats-Unis. Au terme d'une campagne terne des candidats, pour la plupart sunnites, la majorité chiite s'est fortement mobilisée pour assurer la réussite du boycott, décidé par l'opposition qui ne cesse de dénoncer la "répression" et milite en faveur d'une "véritable monarchie constitutionnelle". Femme 300x250Des incidents se sont produits dans la nuit et tôt le matin entre jeunes manifestants et forces de l'ordre dans des villages chiites de la banlieue ouest de la capitale Manama, selon des témoins. Des pneus en feu, placés au travers des rues, formaient des colonnes de fumée au dessus de certains quartiers d'au moins trois villages survolés par un hélicoptère de la police, a constaté un journaliste de l'AFP. Des dissidents ont qualifié le scrutin de "mascarade" et le chef du Wefaq (principal mouvement d'opposition), cheikh Ali Salmane, a exigé la fin du "monopole du pouvoir" exercé par la dynastie sunnite des Al Khalifa, faute de quoi il pourrait y avoir une nouvelle "explosion" de violence. Dans la précédente législature élue en 2010, 18 députés du Wefaq s'étaient retirés en 2011 pour protester contre la répression du mouvement de contestation.

Algérie: Nous étions trop naïfs, nous aurions pu à travers le vécu des notres enregistrer ou transcrire leurs récits dés la fin de la guerre

Mobile_768x128 Orange mobile_Origami Web_visuel005_160x600.gif Nous étions trop naïfs, nous aurions pu à travers le vécu des notres enregistrer ou transcrire leurs récits dés la fin de la guerre, nous aurions pu transmettre les évènements qu'ils ont vécu. De génération en générations nous aurions reconstituer au moins une partie de ce riche patrimoine qui est l'histoire de l'Aures. Tous les jours, j'y pense, j'ai d'énormes regrets et pleins d'amertume de ne pas avoir accompli cette noble tâche. Je me rappelle la veille du premier novembre 1954 comme si c'était hier, lorsque les miens chargeaient des mulets de victuailles, d'armes et de munitions, en partance vers les maquis de Z'kak et d'Oustili. Je me rappelle cette jeunesse lambésienne qui a pris le chemin du djebel, un aller simple. Que de sacrifices, pour accepter aujourd'hui l'insupportable. Bouteflika ! L'imposteur, "l'armée ? Moi je me sens d'abord son chef et, en plus, moi même je viens de l'armée de libération nationale. Vous savez, quand j'étais officier, beaucoup de généraux actuels n'étaient peut être même pas dans l'armée. Bouteflika opposait le génie de novembre à la puissance des galons. A-t-il écrit d'inoubliables pages de gloire ? A-t-il squatté la ligne Maurice, comme la plupart de ceux qu'il veut rabaisser ? Au pays des grands baroudeurs, il y a un certain ridicule à jouer des biceps. La polémique était plantée: le maquisard Bouteflika, alias commandant SI Abdelkader, a-t-il existé ? Autrement dit, Bouteflika est-il un faux Moudjahid ? Curieusement les historiques seront les premiers à douter du passé guerrier de Bouteflika. A l'évocation, ils se trouvent même un accent méprisant. "Le commandant Abdelkader est une invention tout comme la légende de "Abdelkader El Mali". L'itinéraire de Bouteflika au maquis se résume à deux désertions dont on jamais voulu parler", assure le commandant Azzedine qui était avec Kaïd Ahmed et Ali Mendjeli, l'un des trois adjoint de Boumediene au sein de l'état major général. ( Je suis désolé SI Mohamed Goudjil, je n'ai pas pu m'empêcher de sortir du sujet, en ce soixantième anniversaire, je pense à tous les jeunes que j'ai connu alors que je n'étais qu'un gavroche qui s'en sont allés donner leur vie, je pense aux miens à leur sacrifice, quel gâchis de voir leur mémoire souillée par un imposteur, le parrain d'une mafia qui a réduit le pays de nos ancêtre, de nos parents le notre de pays que des maquignons ont réduit en souk. Vive l'Algérie !

le récit d' un survivant !


Avant la révocation de la diréction d’Air Algérie, le MAE rappelle ses ambassadeurs en Belgique et aux Pays Bas

Mobile_768x128 Les ambassadeurs d'Algérie auprès du Royaume de Belgique  et du Royaume de Hollande ont été "rappelés à Alger pour consultations", a indiqué  samedi soir un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette décision intervient suite à la mesure prise de retenir et d'interdire  de vol, à l'aéroport de Bruxelles, d'un avion de la compagnie national Air Algérie  alors que toutes les voies de recours auprès des instances judiciaires compétentes  n'ont pas été épuisées. Air Algérie avait indiqué samedi, dans un communiqué, qu'un avion de  la compagnie a été retenu vendredi à l'aéroport de Bruxelles suite à un litige  avec la société néerlandaise K'AIR BV, malgré la procédure légale engagée par  la compagnie aérienne algérienne. L'avion d'Air Algérie, assurant la liaison Alger-Bruxelles du 12 décembre,  a été retenu à l'aéroport de Bruxelles sur décision de la justice belge, a ajouté  la même source. Femme 300x250D'un autre coté et en parallèle à ces rappels, les ambassadeurs de Belgique et des Pays Bas à Alger, respectivement M. Fréderic Meurice et Mme. Willemijn van Haaften, ont été convoqués dimanche au ministère des Affaires étrangères suite à la décision d'empêcher un avion d'Air Algérie de décoller de l'aéroport de Bruxelles, a indiqué un communiqué du ministère. "M. Fréderic Meurice, ambassadeur du Royaume de Belgique à Alger, et Mme Willemijn van Haaften, ambassadeur du Royaume des Pays-Bas à Alger, ont été convoqués, ce jour, au ministère des Affaires étrangères, où ils ont été reçus, séparément, par le secrétaire général, Abdelhamid Senouci Bereksi", a souligné la même source. M. Bereksi a fait part aux deux diplomates de l'"étonnement" et de l'"incompréhension" des autorités algériennes suite à la décision d'empêcher un avion d'Air Algérie de décoller de l'aéroport de Bruxelles et de procéder à sa saisie. M. Bereksi a mis en exergue le fait que cette mesure a été prise au moment où les voies de recours "n'étaient pas épuisées et qu'une procédure était en cours au niveau du tribunal d'Alger qui a adressé une citation à comparaître à la société néerlandaise le 17 décembre courant". Il a regretté que cette mesure "grave" ait été prise en occultant la procédure en cours en Algérie engagée conformément à la loi et aux dispositions contenues dans le contrat liant les deux compagnies Air Algérie et K'AIR BV. Tout en informant les deux diplomates des motifs ayant présidé la décision de rappel pour consultation des ambassadeurs algériens à Bruxelles et à La Haye, M. Bereksi a exprimé le souhait que la mesure d'immobilisation de l'avion "soit immédiatement levée" avec le concours des autorités belges et néerlandaises, a conclu le communiqué.

APS-El Watan

Déstockage

Les sanctions contre la Russie ne concernent pas l’Inde

De Delhi, Khadakine, ambassadeur de la fédération de Russie en Inde  confirme que l’Inde est prête à suppléer aux restrictions de livraison de divers produits du fait des sanctions et des contre-sanctions, par une augmentation de ses exportations vers la Russie. Discussing the impact of the sanctions war on Russian-Indian relations, the ambassador noted that India “will not tolerate pressure from anywhere to change our longstanding relations with Russia,” and that it has proven over the last several years “that it does not kneel under the external pressure of any country.” Raghavan noted that Russian-Indian relations, which are “built on shared convictions [andstrategic convergences [of viewson major issues of international concern,” are “not determined by external factors.” The ambassador also noted the emergent role of new institutions aimed at creating a multipolar world, particularly BRICS. Raghavan’s friendly and optimistic tone ahead of the planned bilateral summit matches that set by Russian Ambassador to India Alexander Kadakhin, who told Sputnik on Wednesday that India is ready to supply Russia with significant amounts of food products, and that Western sanctions and Russian countersanctions are opening many opportunities for Indian businesses looking to enter the Russian market. Ce 11 décembre, ce sera la première visite bilatérale de poutine qu'il rendra au nouveau Premier ministre Indien Modi. Les Russes attendent des Indiens une coopération plus affirmée, impliquant indirectement une distanciation stratégique grandissante de Washington dans ces temps de crise. Les Indiens, jusqu’alors assez prudents, courtisés par Washington, sont inclinés à franchir le pas qui achèvera de les installer comme un des grands des BRICS. Dans tous les cas, la visite de Poutine à Delhi est précédée de déclarations des ambassadeurs respectifs qui adoptent un ton résolument optimiste pour une entente renouvelée entre les deux pays. Sputnik.News a réalisé, ce 5 décembre 2014, une interview de l’ambassadeur indien à Moscou. L’ambassadeur P.S. Raghavan (saisissant portrait à l’indienne de Max Gallo), développe un discours particulièrement volontariste d’une coopération très active... “There are particularly exciting opportunities to enhance our economic cooperation to a level commensurate with the complementarities between the economies of our two countries”... [...] [T] the summit will be a chance for the two leaders “to articulate their vision for the course of our strategic and privileged partnership in the coming years,” with plans for a further strengthening of cooperation in areas such as defense, nuclear energy, space, trade and investment, energy and other resources, science and technology, health, education, media and culture. The visit is expected to result in the signing of over a dozen documents related to Russian-Indian cooperation, and “will provide fresh impetus to our already-vibrant bilateral relations”... L’ambassadeur de l’Inde affirme l’importance des liens de défense entre la Russie et l’Inde, confirmant la satisfaction complète des Indiens dans l’emploi et les performances des armements russes. D’autre part, il y a l’intérêt de l’Inde pour l’établissement de liens avec l’Union Economique Eurasienne que Moscou vient de lancer «... India is very interested in the Eurasian Economic Union, which will enter into force in January, [...] India is presently working “to create concrete institutional mechanisms…for structured discussions on [economic cooperationbetween India and the Union.”»

Blaiz estime que le peuple reste la seule source du pouvoir en Algérie

FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60 Invité à se prononcer sur l'appel de partis politiques de l'opposition à l'organisation d'une élection présidentielle anticipée, Monsieur Blaiz a estimé que "le peuple reste la seule source du pouvoir". Le peuple est "désormais conscient" que la meilleure action sur le terrain est ce qui "doit se faire de mieux pour lui". Concernant les revendications socioprofessionnelles de la police, Blaiz déclare que "ce dossier est clos". "Le gouvernement a pris acte des préoccupations des policiers et a immédiatement satisfait tous leurs droits", a fait savoir M. Belaïz dans une déclaration à la presse en marge d'une séance plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales. Le ministre de l'Intérieur, qui répondait à une question sur la restructuration de certains services de la Direction générale de la Sûreté nationale, a précisé que les revendications socioprofessionnelles ont toutes été prises en charge. FR Malwarebytes Secure Backup Image Banner 468 x 60

L’ACAJA et le Club des chibanis de Paris rendent hommage aux chibanis

Comme tous les ans, l'association des commerçants du 17 ème arrondissement "ACAJA" et le Club des Chibanis de paris ont organisé ce vendredi 21 Novembre 2014, une soirée en hommage aux chibanis venus principalement du Maghreb durant les dites "trente glorieuses". Jean Claude Janan, président de l'ACAJA et Cofondateur du Club des chibanis, déclarek, "qu'à travers ces soirées,nous démontrons avec les membres et amis du CLUB DES CHIBANIS PARIS et l'ACAJA, qu'il est possible de bien vivre aux Epinettes et ailleurs avec des citoyens venus entre autre d'Algérie". "Nous avons tous été honorés par la présence de nombreuses personnalités politiques d'envergure, civiles, artistes, journalistes, sans oublier nos amis CHIBANIS du quartier des Epinettes. Ce fut un grand bonheur d'entendre la jeune et talentueuse chanteuse de Chaâbi au féminin : Malya SAADI et notre ami Mokrane Hamouchete". Les Chibanis, « cheveux gris »; désignent les retraités étrangers principalement algériens ayant pour la plupart travaillé toute leur carrière en France. Vivant pour la plupart dans la précarité, ces Chibanis sont en quelque sorte le témoignage vivant des inégalités structurelles qui touchent les étrangers en France et plus largement les populations issues de l’immigration. Le niveau très faible de leur retraite explique leur précarité présente mais révèle également le niveau d’exploitation qui a caractérisé l’ensemble de leur carrière. A l’époque des dites « trente glorieuses » caractérisée par une amélioration des conditions objectives d’existence des travailleurs nationaux, ces travailleurs immigrés aujourd’hui Chibanis étaient sous-payés, vivaient dans des foyers, parfois dans des logements insalubres, ont eu des conditions de travail dégradées, subissaient plus fréquemment des accidents du travail, étaient largement exclus des droits syndicaux, ..etc. La surexploitation était à la fois directe (sous-rémunération, conditions de travail, etc.) et indirecte (accès au logement, à la qualification, précarité du séjour, etc.).  Au plan économique, la plupart se retrouvent plus démunis après leur passage à la retraite. Leur retraite est à l’image de leur carrière professionnelle. Une étude de 2013 portant sur les  "Droits des travailleurs migrants" : le cas des retraites énumère les facteurs qui convergent pour construire une discrimination massive au moment du passage à la retraite : travail sans versement des cotisations patronales (notamment dans le BTP, la restauration, la confection, ...), la nature des emplois occupés c’est-à-dire une non qualification massive, incidences des accords bilatéraux, etc. La conséquence coule de source : « Le fait que les migrants occupent des emplois d’ouvriers et d’employés souvent non qualifiés explique aussi la modestie de leur retraite. Leurs salaires étant peu élevés pendant la vie active, souvent au Smic, parfois encore réduits par du temps partiel contraint, le niveau de leur retraite ne peut être que bas .  Le niveau des retraites des Chibanis révèle bien la surexploitation pendant l’ensemble de la vie professionnelle. Il en découle une obligation plus forte à travailler au-delà de l’âge légal de départ à la retraite. La proportion des immigrés contraint de travailler après 65 ans est de 30 % alors qu’elle n’est que de 13 % pour les hommes non immigrés. Les conséquences en matière de santé d’une telle surexploitation et d’une telle durée dans l’emploi ne sont pas surprenantes. Un rapport de l’IGAS de novembre 2002 résume comme suit la situation de santé des « immigrés vieillissants : La population étudiée par la mission est caractérisée par une santé précaire (pénibilité du travail, conditions de vie dégradées …). Elle connaît un vieillissement prématuré et une survenance précoce de la perte d’autonomie.