Accueil / Monde / Afrique / Se préparer à la maladie X

Se préparer à la maladie X

• En août 2023, un nouveau centre de recherche sur les vaccins a été créé dans le Wiltshire, en Angleterre, pour commencer à travailler sur un vaccin contre la «maladie X» inconnue

• En juin 2023, le Congrès américain a présenté le «Disease X Act of 2023» (H.R.3832). Le projet de loi prévoit la mise en place d’un programme BARDA pour développer des «contre-mesures médicales pour les menaces virales à potentiel pandémique». Le projet de loi a été renvoyé à la sous-commission de la santé début juin 2023 mais n’a pas encore été adopté.

La pandémie de COVID-19 a permis un changement sans précédent dans la répartition du pouvoir et des richesses à travers le monde et, comme prévu, il ne s’agissait pas d’un événement unique. Une nouvelle contagion verra probablement le jour en 2025, et les médias nous y préparent déjà.

Du 15 au 19 janvier 2024, les dirigeants du monde entier se sont réunis au sommet de Davos du Forum économique mondial (WEF), où le principal sujet de discussion était «Se préparer à la maladie X», une nouvelle pandémie hypothétique qui devrait émerger en 2025 et tuer 20 fois plus de personnes que le COVID-19. Comme l’a rapporté le Mirror, «l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un rapport sur la pandémie de grippe aviaire».

«L’Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre une éventuelle maladie X depuis 2017, un terme indiquant un agent pathogène inconnu qui pourrait provoquer une grave épidémie internationale […].

Les orateurs publics de l’événement «Se préparer à la maladie X» de mercredi prochain [17 janvier 2024] comprennent Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, la ministre brésilienne de la santé Nisia Trindade Lima, et Michel Demaré, président du conseil d’administration d’AstraZeneca.

Lors de sa première réunion post-pandémique, qui s’est tenue en novembre 2022, l’OMS a réuni plus de 300 scientifiques pour déterminer, parmi plus de 25 familles de virus et de bactéries, ceux qui pourraient être à l’origine d’une nouvelle pandémie.

La liste dressée par l’équipe comprenait : le virus Ebola, la maladie à virus de Marburg, le Covid-19, le SRAS et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV). Parmi les autres, citons la fièvre de Lassa, les maladies nipah et henipavirales, la fièvre de la vallée du Zift et le zika, ainsi que l’agent pathogène inconnu qui serait à l’origine de la «maladie X»».

J’ai interviewé le Dr Meryl Nass sur la manière dont l’OMS tente de prendre en charge certains aspects de la vie de chacun. Elle a publié ce week-end un article important intitulé «Why Is Davos So Interested in Disease ?» (Pourquoi Davos s’intéresse-t-il autant à la maladie ?) qui explique comment le WEF et l’OMS sont devenus des partenaires pour terrifier le monde. 

Alexis Baden-Mayer, directeur politique de l’Organic Consumers Association, a fait quelques recherches sur les participants à cet événement du WEF, et les deux choses qu’ils ont en commun sont 1) d’imposer le vaccin COVID d’AstraZeneca aux pays en développement (principalement l’Inde et le Brésil) après que les pays riches l’ont rejeté en raison de son risque admis de coagulation sanguine, et 2) de pousser à la mise en œuvre de systèmes médicaux d’IA qui élimineront les médecins en même temps que le choix et la vie privée des patients.

Entraînement ou planification responsable ?

Dans un tweet daté du 11 janvier 2024, Monica Crowley, analyste de Fox News et ancienne secrétaire adjointe aux affaires publiques du département du Trésor des États-Unis, a écrit :

«La semaine prochaine, à Davos, les mondialistes non élus du Forum économique mondial organiseront une table ronde sur une future pandémie 20 fois plus mortelle que le COVID […].

Juste à temps pour les élections, une nouvelle contagion qui leur permettra de mettre en œuvre un nouveau traité de l’OMS, de verrouiller à nouveau, de restreindre la liberté d’expression et de détruire davantage de libertés. Cela vous semble exagéré ? C’est ce qui s’est passé en 2020. Lorsque vos ennemis vous disent ce qu’ils préparent et ce pour quoi ils le font, croyez-les. Et préparez-vous».

Le Dr Stuart Ray, vice-président de la médecine pour l’intégrité des données et l’analyse au département de médecine de Johns Hopkins, a rejeté ces avertissements en déclarant au magazine Fortune que «la coordination de la réponse de la santé publique n’est pas une conspiration, c’est simplement une planification responsable».

Je serais prêt à le croire s’il n’y avait pas une tendance désormais évidente : Tout ce que les mondialistes prétendent qu’il va se passer se produit effectivement à une fréquence remarquable, et leurs capacités de pronostic s’expliquent plus facilement si l’on considère que la plupart des pandémies mortelles ont été causées par des virus fabriqués par l’homme, produits de la recherche sur le gain de fonction. Il est assez facile de prédire une nouvelle épidémie virale si l’on dispose d’un virus qui attend dans les coulisses.

Dans cette optique, les récentes recherches menées en Chine sont pour le moins préoccupantes. Selon une préimpression du 3 janvier 2024, un coronavirus du pangolin lié au SRAS-CoV-2 – décrit comme un «mutant adapté à la culture cellulaire» appelé GX_P2V qui a été cultivé pour la première fois en 2017 – a tué 100% des souris humanisées (souris transgéniques ACE2) infectées par ce virus.

La principale cause de décès était l’inflammation du cerveau. Selon les auteurs, «il s’agit du premier rapport montrant qu’un coronavirus du pangolin apparenté au SRAS-CoV-2 peut provoquer une mortalité de 100% chez les souris hACE2, ce qui suggère un risque de propagation du GX_P2V chez l’homme».

Toutefois, si ce virus a muté à la suite de son passage dans des cultures cellulaires, il est peu probable qu’il émerge dans la nature. Il s’agit d’une autre création de laboratoire non naturelle, donc plutôt que de dire qu’il peut passer des pangolins à l’homme, il serait plus juste d’admettre qu’il peut poser un risque (assez sérieux) pour l’homme si une fuite de laboratoire se produisait.

Répétitions générales du COVID

En 2017, le Johns Hopkins Center of Health Security a organisé une simulation de pandémie de coronavirus appelée scénario SPARS Pandemic 2025-2028. L’exercice a mis l’accent sur les «dilemmes de communication concernant les contre-mesures médicales qui pourraient plausiblement émerger» dans un scénario de pandémie.

Puis, en octobre 2019, moins de trois mois avant l’épidémie de COVID-19, la Fondation Bill & Melinda Gates, en collaboration avec Johns Hopkins et le Forum économique mondial, a organisé l’événement 201.

Le nom lui-même suggère qu’il pourrait s’agir d’une continuation de l’exercice SPARS Pandemic. Les cours de l’enseignement supérieur sont numérotés en fonction de leurs prérequis. Un cours 101 ne nécessite aucune connaissance préalable, tandis que les cours 201 requièrent une familiarité préalable avec le sujet traité.

Comme dans le scénario de la pandémie SPARS, l’événement 201 concernait l’apparition d’un coronavirus hautement infectieux, et l’objectif principal (sinon unique) de l’exercice était, une fois de plus, de savoir comment contrôler l’information et contenir la «désinformation», et non pas comment découvrir et partager efficacement les remèdes.

La censure des médias sociaux a joué un rôle prépondérant dans le plan de l’événement 201, et dans les événements réels de 2020 à aujourd’hui, des informations exactes sur le développement, la production et les dommages causés par les vaccins ont effectivement été supprimées dans le monde entier, grâce aux entreprises de médias sociaux et à la censure des points de vue opposés par Google.

En mars 2021, une épidémie d’une «souche inhabituelle du virus de la variole du singe» a été simulée. Fin juillet de l’année suivante, le directeur général de l’OMS a déclaré qu’une épidémie de variole du singe dans plusieurs pays constituait une urgence de santé publique de portée internationale, contre l’avis de son propre groupe consultatif.

Exercice de «contagion catastrophique»

Étant donné que ces deux simulations, SPARS («Event 101» ?) et Event 201, ont préfiguré ce qui s’est finalement produit dans la vie réelle au cours de COVID, lorsque Gates organise un nouvel exercice de pandémie, il convient de prêter attention aux détails.

Le 23 octobre 2022, Gates, Johns Hopkins et l’OMS ont organisé conjointement «un exercice de défi mondial» baptisé«Contagion catastrophique»,  impliquant un agent pathogène fictif appelé «syndrome respiratoire à entérovirus épidémique sévère 2025»(SEERS-25).

L’entérovirus D68 est généralement associé à un rhume et à une maladie pseudo-grippale chez les nourrissons, les enfants et les adolescents. Dans de rares cas, il est également connu pour provoquer une méningite virale et une myélite flasque aiguë, une affection neurologique entraînant une faiblesse musculaire et une perte de réflexes dans une ou plusieurs extrémités.

Les entérovirus A71 et A6 sont connus pour être à l’origine de la maladie des mains, des pieds et de la bouche tandis que le poliovirus, l’entérovirus prototypique, est à l’origine de la polio (poliomyélite), un type de paralysie potentiellement mortelle qui affecte principalement les enfants de moins de 5 ans. Le virus modélisé dans cette simulation semble donc être similaire à l’entérovirus D68, mais en pire.

Début des essais de vaccins contre le virus mortel Nipah

Le virus Nipah est un virus connu qui présente une certaine ressemblance avec le virus fictif SEERS-25. Ce virus a un taux de mortalité d’environ 75% et les survivants sont souvent confrontés à des problèmes neurologiques à long terme dus à l’infection. On dit également que le Nipah affecte davantage les enfants que les adultes. Par ailleurs, des essais sur l’homme d’un vaccin contre le virus mortel Nipah ont récemment été lancés. Des volontaires ont reçu leur première injection au début du mois de janvier 2024. L’injection expérimentale utilise la même technologie de vecteur viral que celle utilisée pour produire le vaccin COVID d’AstraZeneca.

L’essai serait mené par l’Université d’Oxford dans une zone non divulguée où le Nipah infecte activement des victimes. (L’Inde semble être indiquée, puisqu’une épidémie au Kerala a tué deux personnes et en a hospitalisé trois en septembre 2023).

On pense que la maladie se propage par interaction avec des animaux infectés tels que les chèvres, les porcs, les chats et les chevaux. Elle peut également se propager par l’intermédiaire de produits sanguins et d’aliments contaminés. Les symptômes peuvent apparaître quelques jours après l’exposition et jusqu’à 45 jours après.

Les premiers symptômes comprennent de la fièvre, des maux de tête et une maladie respiratoire, qui peuvent rapidement évoluer vers une encéphalite (gonflement du cerveau), des convulsions et le coma en l’espace de quelques jours seulement. Selon l’OMS, les porcs sont connus pour être «très contagieux» pendant la période d’incubation, et il est possible que les humains le soient également, bien que cela reste à confirmer.

Former les dirigeants africains à suivre le récit

Il est révélateur que l’exercice « Catastrophic Contagion » visait à impliquer les dirigeants des pays africains et à les former à suivre le scénario. Les pays africains sont sortis du scénario plus souvent que d’autres pendant la pandémie de COVID et n’ont pas suivi les traces des pays développés lorsqu’il s’agissait de pousser les vaccins.

En conséquence, les fabricants de vaccins sont désormais confrontés au problème de disposer d’un énorme groupe témoin, car le taux de vaccination contre le COVID sur le continent africain n’était que de 6%, et pourtant, il s’en sort bien mieux que les pays développés en termes d’infections au COVID-19 et de décès associés.

L’exercice « Catastrophic Contagion » prédit que SEERS-25 tuera 20 millions de personnes dans le monde, dont 15 millions d’enfants, et que beaucoup de ceux qui survivront à l’infection se retrouveront avec une paralysie et/ou des lésions cérébrales. En d’autres termes, le «signal» donné est que la prochaine pandémie pourrait cibler les enfants plutôt que les personnes âgées, comme ce fut le cas avec la COVID-19.

Un vaccin contre l’agent pathogène inconnu «X» est déjà en préparation

Lire l’article entier depuis sa source RI https://reseauinternational.net/la-maladie-x-sera-t-elle-devoilee-en-2025/

A propos Intelligence Info

Check Also

LA GUERRE ISRAÉLO-PALESTINIENNE DANS LE CONTEXTE D’UNE GRANDE GÉOPOLITIQUE

Après ma lecture de cette contribution d’Alexandre Douguine, j’ai estimé intéressant de la reproduire puisque …

Laisser un commentaire