A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Monde / Afrique / Qui était ce député français qui siégeait en burnous à l’Assemblée Nationale en France en 1896?

Qui était ce député français qui siégeait en burnous à l’Assemblée Nationale en France en 1896?

Un député en burnous serait inconcevable aujourd’hui au sein de l’hémicycle de l’Assemblée

nationale en France. Le débat étant en ce moment sur l’obligation de porter la cravate après que des
députés du groupe La France insoumise ont décidé de s’en débarrasser pour exprimer leur rejet
des « codes vestimentaires qui nous sont imposés ».
Cet homme en burnous s’appelait Philippe Grenier. Il siégeait en portant cet habit traditionnel à
l’Assemblée en 1896. Il était le premier député de confession musulmane de l’histoire de France. Né
à Pontarlier le 14 août 1865, Grenier était médecin. Sa conversion à l’islam a eu lieu lors d’une visite
en Algérie. Proche des nécessiteux, il était généreux avec eux: « Ses nombreux bienfaits l’ont rendu
populaire à Pontarlier, où il a commencé par se faire élire conseiller municipal »
Ce n’était que le début, il se présenta ensuite à l’élection partielle de députation, grâce à son
éloquence et à son programme social, il a été élu avec 51 % des voix. Ses « exubérances
vestimentaires » (bottes marocaines , gandoura, burnous et turban)étaient l’objet de moqueries. On
spéculait également sur sa vie personnelle comme sur le fait qu’il possédait un harem. On le
surnommait également le « député des musulmans de France ». Il se rendait fréquemment en Algérie
française pour mener des enquêtes parlementaires.
Il a été battu aux élections de 1898 et 1902, il décida alors de quitter la politique. Il s’éteint à l’âge
de 78 ans. Une mosquée, une rue et collège portent son nom à Pontarlier.

source: huffpostmaghreb.com

french newpspaper « Le petit Journal » january 24, 1897

A propos Madjid LAIB

Check Also

Poutine-Trump (Étrange fratrie)

En un sens, peut-être nous-mêmes devrions être étonnés et intéressés, moins par l’image que développent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *