A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Monde / Afrique / Voici pourquoi les escarmouches sino-indiennes pourraient s’intensifier

Voici pourquoi les escarmouches sino-indiennes pourraient s’intensifier

Lundi soir, un accrochage entre soldats indiens et chinois a coûté la vie à plusieurs douzaines de personnes :

« Vingt membres du personnel de l’armée indienne, dont un commandant (CO), ont été tués lundi soir dans un violent affrontement avec les troupes chinoises dans la vallée de Galwan, dans l’est du Ladakh, la plus grande confrontation militaire en plus de cinq décennies qui a considérablement aggravé les problèmes de frontière dans une région déjà instable. … Des sources gouvernementales ont indiqué que la partie chinoise avait également subi « des pertes proportionnelles », mais a choisi de ne pas spéculer sur le nombre. Une source de l’ANI a émis l’hypothèse qu’au moins 43 soldats chinois ont été grièvement blessés ou tués lors de l’affrontement. »

Les deux parties sont convenues de ne pas utiliser d’armes à feu le long de la ligne de contrôle réel (LAC) entre les deux pays. Les soldats ont utilisé des bâtons et des pierres pour se battre pendant la nuit sur une crête montagneuse à 4 000 mètres d’altitude au-dessus du canyon escarpé d’une rivière glacée. Apparemment, de nombreux morts sont tombés de la crête dans la rivière et sont morts d’hypothermie.

Des affrontements mineurs dans la région au-dessus de cette frontière historiquement mal définie et contestée se poursuivent depuis avril. La raison immédiate semble être une nouvelle route d’accès militaire que l’Inde a construite vers la ligne de contrôle et des patrouilles plus agressives des deux côtés. Mais les raisons stratégiques derrière ces affrontements sont beaucoup plus vastes.

D’abord un rappel de l’histoire de la région :

« Au moment du retrait britannique de l’Inde, le Maharaja Hari Singh, le chef de cet État, a préféré devenir indépendant et rester neutre entre les anciens dominions de l’Inde et du Pakistan. Cependant, un soulèvement dans les districts occidentaux de l’État, suivi d’une attaque par des pillards de la province frontalière du Nord-Ouest voisine, soutenue par le Pakistan, a mis fin à ses projets d’indépendance. Le 26 octobre 1947, le Maharaja a signé le document d’adhésion et rejoint le Dominion de l’Inde en échange d’une aide militaire. Les districts de l’ouest et du nord actuellement connus sous le nom d’Azad Cachemire et de Gilgit-Baltistan sont passés sous le contrôle du Pakistan, tandis que le territoire restant est devenu l’État indien du Jammu-et-Cachemire. »

L’accord s’est limitée à certains domaines et le Jammu-et-Cachemire est devenu un État autonome.

Lors de la partition Inde-Pakistan en 1947, le Pakistan a pris la partie nord de la zone connue sous le nom de Gilgit-Balistan tandis que la Chine prenait Aksai Chin, une partie historique du Tibet. Pour des raisons historiques, religieuses et culturelles, les deux voudraient probablement revendiquer encore plus du territoire actuellement indien.

Le Cachemire est en grande partie musulman et le Pakistan le considère comme faisant partie de son pays. La région orientale du Ladakh appartenait autrefois au Tibet. Elle est peu peuplée, les habitants sont bouddhistes et parlent un dialecte tibétain similaire à celui des habitants d’Aksai Chin du côté chinois.

En août 2019, le gouvernement fasciste hindou du président Narendra Modi a unilatéralement révoqué des parties de la constitution qui garantissaient le statut autonome de la région de Jammu-et-Kasmir. Il a également affirmé le contrôle direct de la partie du Ladakh le long de la frontière chinoise. Nous avions prédit que cela conduirait à de nouveaux affrontements avec le Pakistan :

Jammu-et-Kasmir (J&K) est majoritairement musulman. Il est d’une importance stratégique car les eaux en amont de la principale source d’eau du Pakistan, le système fluvial de l’Indus, sont situées dans les montagnes de J&K. Les nationalistes pakistanais pensent qu’il devrait faire partie de leur État. … Le statut spécial de J&K protégeait ses habitants de l’importante immigration des hindous venant d’Inde. Modi va maintenant pousser ses partisans à s’installer dans cet État. Son objectif final est de créer un État majoritairement hindou dans un État actuellement majoritairement musulman.

Lorsque la décision du gouvernement indien a été discutée au Parlement, un ministre du gouvernement a affirmé des revendications sur les zones qui appartiennent maintenant à la Chine et au Pakistan :

Le ministre de l’Intérieur, Amit Shah, a affirmé mardi à Lok Sabha que le Pakistan occupait le Cachemire (PoK) et Aksai Chin faisaient partie du Jammu-et-Cachemire et que la vallée du Cachemire faisait partie intégrante du pays. … «Le Cachemire fait partie intégrante de l’Inde, cela ne fait aucun doute. Quand je parle du Jammu-et-Cachemire, le Cachemire occupé par le Pakistan et Aksai Chin en font partie», a-t-il dit.

L’affirmation a déclenché un signal d’alarme à Islamabad et à Pékin.

La seule frontière commune entre la Chine et le Pakistan se trouve dans le Cachemire contrôlé par le Pakistan (POK). Si l’Inde tentait finalement de regagner la zone, le Pakistan et la Chine seraient séparés. Le couloir économique Chine-Pakistan (CPEC), un projet de 50 milliards de dollars qui crée des liaisons routières, ferroviaires et des pipelines entre la côte pakistanaise et la Chine, serait interrompu.

La Chine finance le corridor en tant que route commerciale stratégique alternative aux voies maritimes contrôlées par les États-Unis à travers la mer de Chine méridionale et le détroit de Malacca.

La Chine a besoin de la connexion pakistanaise pour maintenir une ligne de communication avec les gisements de pétrole du Moyen-Orient en  cas d’un éventuel conflit dans le Pacifique.

Les intérêts fondamentaux de la Chine ont dicté que l’Inde devrait être fermement dissuadée d’envisager de récupérer le Gilgit-Baltistan pour atteindre son objectif de longue date d’unifier le Cachemire, dans la poursuite d’une résolution parlementaire unanime votée en 1994. La Chine a également exprimé son intention de conserver Aksai Chin – le lien essentiel entre le Tibet et le Xinjiang.

La suppression de l’autonomie de J&K l’année dernière n’était pas le seul problème qui a alarmé la Chine. L’Inde, sous Modi, a renoncé à sa neutralité traditionnelle et a rejoint le projet américain « Indo-Pacifique » dans un pacte contre la Chine. L’Inde a depuis longtemps construit son infrastructure militaire dans la région :

Les Chinois ont également été mal à l’aise avec le développement des infrastructures le long de la ligne de contrôle réel (LAC) avec l’Inde, en particulier en raison de la pression que cela impose sur la région Aksai Chin. En 2008, l’Inde avait réactivé les aérodromes de Daulet Beg Oldie (DBO) et Fukche, réduisant ainsi la dépendance à Leh en tant que principal centre de soutien aérien pour le Ladakh. Un an plus tard, l’aérodrome de Nyoma avait également été relancé. «L’aérodrome DBO se trouve sur l’ancienne route commerciale du bassin de Leh-Tarim via le col du Karakoram, et à seulement neuf kilomètres au nord-ouest d’Aksai Chin. C’est également important parce que le lien physique de l’Inde avec la province chinoise du Xinjiang, et non avec le Tibet, passe par DBO», explique un ancien diplomate, qui n’a pas souhaité être nommé. La relance de l’infrastructure aérienne a augmenté la capacité de l’Inde à déplacer rapidement des troupes et des équipements militaires le long de la ligne de contrôle, la LAC. « DBO, Fukche et Nyoma ont complété Leh, donnant un coup de fouet important au mouvement inter-théâtre des forces et équipements indiens le long du LAC », a déclaré Amit Aneja, vice-maréchal de l’air (retraité), à The Hindu. L’activité de construction de routes indiennes, avec les 255 km de Darbuk-Shayok-Daulat Beg Oldie (DSDBO) comme épine dorsale a renforcé la connectivité indienne le long de la LAC, ajoutant une pression supplémentaire sur Aksai Chin.

Les images satellites montrent que la Chine a positionné plus de troupes derrière la LAC et est prête si la situation actuelle devait continuer à s’aggraver. L’Inde a également envoyé des renforts dans la zone.

Les États-Unis et l’Australie ont soutenu verbalement l’Inde lors des récents affrontements. Mais, ni les uns, ni l’autre ne semblent enclins à s’impliquer dans un véritable conflit.

La guerre sino-indienne de 1962 a commencé avec des escarmouches frontalières similaires et dans un contexte stratégique plus vaste. En quelques jours, la Chine avait occupé plusieurs régions de l’Inde, mais après un mois, elle s’était retirée du territoire indien. L’idée était de donner une leçon à l’Inde et celle-ci a été retenue.

Si le conflit devait s’intensifier, je m’attends à un engagement similaire, court et limité, pour rappeler à Modi qu’un alignement non neutre et des revendications sur un territoire étranger entraînent certains coûts.

Moon of Alabama – Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 

A propos Intelligence Info

Check Also

Novichok : La comédie continue (Vous avez peut-être déjà entendu l’histoire ; sinon, voici le synopsis)

Le dictateur russe Vladimir Poutine a fait empoisonner le principal candidat de l’opposition russe, Alexei …

Laisser un commentaire