A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Monde / Afrique / Pour différencier la propagande de la réalité, voilà: « tout sur le satellite « espion » marocain »!

Pour différencier la propagande de la réalité, voilà: « tout sur le satellite « espion » marocain »!

(Menadefense). Le lancement dans la nuit du 7 au 8 novembre du satellite d’observation Pléiade d’EADS Astrium au profit du Maroc a été l’occasion à la presse locale (et régionale) de briller, non pas par la compétence technique de ses journalistes, mais par leur coté propagandiste au ras des pâquerettes.

Beaucoup d’erreur et de mensonges ont été dits ces derniers jours et le manque de transparence des autorités marocaines n’ont pas aidé la presse à franchir le mur du fantasme pour aller vers celui de la réalité.

Nous allons essayer de répondre objectivement aux questionnements des lecteurs et tordre le cou à certains titres parus ici ou là.

  • Le Maroc lance son premier satellite: FAUX!

Le programme spatial marocain date de la fin des années 80 avec la création du Centre Royal de Télédetection Spatiale (qui dépend de la Gendarmerie Royale). Initié par le roi Hassan II, ce centre devait directement concurrencer son équivalent Algérien l’ASAL, dont les premiers contingents d’ingénieurs étaient déjà en formation en Grande Bretagne, avec qui un accord de coopération pour la fabrication et le lancement de plusieurs satellites a été signé.

En 2000 le CRTS marocain s’allie à l’université technique de Berlin pour construire un micro satellite d’observation appelé TUBSAT, qui sera lancé en à partir de la Russie en 2001. L’expérience, pas très médiatisée, est un échec. Mal réglé, le satellite bave sur des bandes de fréquences connexes et transmet des images brouillées. C’est à la suite de cela que le Maroc décide d’opter pour l’achat sur étagère.

  • Le Maroc a lancé un satellite espion pour surveiller en temps réel l’Algérie, le Polisario et l’Espagne: VRAI et FAUX!

Il faut d’abord définir précisément à quelle catégorie le satellite pléiades fait partie: C’est un satellite de reconnaissance, qui tourne au tour de la terre sur une orbite basse. Il dispose d’une caméra capable de prendre des images (et non des vidéos) d’une résolution maximale de 70 cm lorsqu’il est perpendiculaire à l’objectif. Pour qu’elle soit lisible l’image devra être prise avec le minimum de nuages possibles, car le satellite ne dispose pas de radar pouvant pénétrer la couche nuageuse.

La caméra a la capacité de fonctionner pendant dix minutes uniquement puis doit recharger ses batteries, ce qui prend plusieurs heures. Pour avoir un ordre d’idée sur les capacités de la caméra, il faut compter une vitesse de 7,6Km/s pour le satellite, ce qui lui permet de prendre un maximum de 4 560Km linéaires en une fois. Ce dernier chiffre est théorique car en réalité les prises sont de 20 Km x 20 Km ou par bandes (strips) de 200 Km de long par 20 Km de large. En orientant la caméra sur le coté les opérateurs du satellite peuvent agrandir le champ de visée à une trentaine de kilomètres de largeur par bande en perdant de la résolution.

La transmission des images et les commandes du satellites se font au niveau du centre de traitement qui se trouve à Rabat au Maroc (voir article ici), le downlink et l’uplink sont cryptés et il est peu probable que les français puissent intercepter les données.

Maintenant concernant la qualité de l’image en elle même, elle peut permettre à un opérateur qualifié d’identifier des véhicules et autres équipements, de repérer les concentrations de troupes.

Après, la moindre bâche, le moindre abri suffisent à dissimuler les équipements, le déplacement et les maquettes peuvent aussi brouiller les cartes de ceux qui espionnent. D’autant plus qu’il est très simple de traquer la position du satellite marocain, grâce aux radars ou aux données en sources ouvertes disponibles. La base du donnée du NORAD permet à n’importe quel utilisateur connecté au site de traquer le satellite marocain.

Les marocains pourraient échanger les données satellites avec les Emirats Arabes Unis qui disposent du même équipement, ce qui permettrait de doubler la capacité

Donc oui le satellite marocain permet d’espionner et de relever les positions GPS d’objectifs en Algérie, en Espagne ou au Sahara Occidental et donc d’espionner sur de petites distances et de courtes périodes leurs installations.

Il faut préciser que le (les) satellite(s) marocains ne sont pas en orbite géostationnaires et donc tournent continuellement au tour du globe et ne peuvent donc pas êtres constamment au dessus de leurs objectifs. Pour cela il faut un temps d’anticipation de plusieurs heures voir d’une journée.

Le Maroc achète de l’imagerie satellite militaire sur le marché mondial depuis le début des années 90, le CRTS accède aux données des satellites SPOT, ERS et Landsat. L’armée marocaine est grande consommatrice des images satellites de Digital Globe ou de Airbus DS. Le hic c’est que l’Algérie et l’Espagne sont eux aussi de grands consommateurs de ce genre d’images disponibles sur le marché à un prix modique. De plus l’Algérie dispose déjà de satellites d’observations (de moindre résolution) depuis plusieurs années.

A titre d’exemple, une image satellite de 20 km² prise dans les heures qui suivent la commande, sera facturée par Airbus DS ou Digitalglobe entre 300 et 400 dollars et sera livrée en quasi temps réel. Le kilomètre carré à haute résolution est facturé à 17 dollars.

  • Le satellite espion marocain terrifie l’Algérie et l’Espagne: DROLE!

Comme nous avons dit plus haut le Maroc espionne l’Algérie depuis des dizaines d’années, ce qui n’a jamais représenté une quelconque source d’agacement pour l’ANP qui a continuée son programme d’acquisition et d’exploitation des ressources en renforçant ses capacités de couverture du champs électromagnétique (ELINT, SIGINT et Radar) au Maroc et dans la partie occidentale de la Méditerranée en plus du lancement de satellites d’observations. Idem pour l’Espagne qui dispose de frégates Aegis et d’autres moyens pour surveiller les agissements de l’armée marocaine.

(Menadefense)

A propos Madjid LAIB

Check Also

A quoi resemble l’Algérie d’aujourd’hui ?

Par Karim Younes. Peut-on faire une analyse synchronique de notre situation socio-économique sans un regard sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *