A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Monde / Afrique / Regard sur l’“attaque du vendredi-13″

Regard sur l’“attaque du vendredi-13″

On connaît dans ces colonnes le colonel Pat Lang, ancien officier de la DIA, qui tient sa boutique sous le nom de Sic Semper Tyrannis, ou STT. Lang fait ici une de ses rares escapades hors-SST, – dans UNZ.com, ce 25 avril 2018, – pour nous donner son évaluation complète du résultat de “l’attaque de la nuit du vendredi-13” (heure de Washington), en avril 2018 contre la Syrie. Le titre est explicite : « Faut-il croire les Russes ? » (notre adaptation de “Are the Russians Correct?”, reprise d’une phrase de Lang), et sa réponse se fait sous la forme une explication de divers points dont on comprend qu’ils suggèrent indirectement pourquoi c’est la version russe (71 cruise missiles abattus sur 103) qui est la bonne, – par conséquent qu’il faut “croire les Russes” parce que “les Russes sont correct” (dans le sens d’une évaluation “correcte”, c’est-à-dire “juste”). On se doutait déjà de sa position, comme nous le constations le 16 avril 2018, en suggérant en même temps pourquoi sa position était intéressante à connaître, venant d’une plume réputée pour sa tenue, ses sources et ses positions fermes sans être complètement engagé (« ancien officier de la DIA, qui abhorre la bureaucratie et la politique washingtoniennes mais ne se classe pas pour autant antiSystème ».

En fait, d’un point de vue sacrifiant aussi bien à l’évidence qu’à l’habileté, Lang ne prend même pas la peine de répondre directement à la question posée, – ou bien pourrait-on dire qu’il prend grand soin de ne pas “répondre directement à la question posée”, puisqu’on sait combien est grande la sensibilité des sentinelles de la « moraline » postmoderne et « censureuse ». De même, il ne discute même pas le fait de savoir si l’“attaque chimique” du 7 avril était un montage ou pas, il s’emploie simplement à expliquer comment l’opération a été montée par une unité du MI6 britannique désigné comme le 77èmerégiment , chargée de la “guerre de l’information” (de la communication) et travaillant aux frais de l’Arabie Saoudite. Finalement, le thème réel du texte n’est pas de savoir s’il y a bel et bien eu un ratage, mais de constater que ce ratage mémorable soulève de graves questions et invite à des changements importants dans l’orientation des équipements et des répartitions budgétaires au Pentagone. Lang présente plusieurs points intéressants :

D’abord son affirmation, qu’il n’explicite pas et qui est tout à fait étonnante, voire stupéfiante pour qui n’est pas informé du désordre, selon laquelle le secrétaire à la défense Mattis n’était pas au courant de l’opération de cette fausse “attaque chimique” du 7 avril montée par le MI6. Cela explique (?), disons d’une façon invertie, sa déclaration étonnante de franchise du 12 avril au Congrès, selon laquelle “on” ne disposait pas de preuves de la responsabilité – Assad (marque déposée) dans cette attaque.

Le constat de la grande qualité d’organisation et de coordination de la défense aérienne syrienne, sous l’impulsion pédagogique des Russes. Son estimation selon laquelle les vieux missiles du temps de l’URSS qui équipent l’essentiel des forces syriennes valent bien les plus récents est par contre discutable. Ce n’est pas un hasard si la plus formidable performance des systèmes impliqués, selon le décompte des Russes qui semble devoir être pris en compte sans risquer le bûcher, est celle des Pantsir-S1, un des systèmes russes de l’ère post-soviétique, qui ont tiré 25 missiles et abattu 24 cruise-missiles, selon les données officielles russes, – garanties FakeNews par conséquent, mais sans un signe de découragement à notre adresse chez Lang. 

Lang insiste sur l’obsolescence des matériels US, notamment les cruise-missiles, qui ont été complètement négligés depuis quinze ans à cause des priorités de la “Guerre contre la Terreur”, et qui n’ont pas reçu les modernisations et mises à niveau nécessaires pour cette sorte de matériel. Lang assure qu’il devrait y avoir des changements importants de priorités au Pentagone, mais il reste à voir si le Pentagone est encore capable d’assumer une telle révision, de la mener à bien, et dans quel laps de temps, etc. Il nous semble que Lang croit un peu trop aux vertus des orientations budgétaires, notre approche étant que le Pentagone, qui dispose de sommes énormes, est écrasé par la bureaucratie, les redondances, les gaspillages, la corruption, etc.

« Quoi qu’il en soit, termine Lang, la plupart des missiles ont échoué et cette défaillance doit être résolue. » C’est en effet le grand enseignement de cette attaque, qui est la mise en cause du fondement même des capacités de la puissance US, si l’on accepte l’hypothèse que ce ratage, loin d’être une exception, confirme d’autres mésaventures du genre et sert d’indicateur à une grave crise structurelle affectant la puissance militaire US. Il ne s’agit pas d’une question quantitative, budgétaire, etc., de notre point de vue, mais bien d’une question organisationnelle demandant la souplesse et la volonté de réactions réformistes radicales à une énorme organisation (le Pentagone) qui en est totalement dépourvue.

DDE

Faut-il croire les Russes ?

Le gouvernement américain affirme que 100% des plus de 100 missiles de croisière lancés par la coalition qu’il dirige ont atteint leurs objectifs sur les sites liés à la guerre chimique du gouvernement syrien.

Les gouvernements syrien et russe déclarent que 75% de ces missiles n’ont pas atteint leurs objectifs.

Qui devons-nous croire?

La nature extrême de l’allégation des États-Unis devrait inspirer la prudence. Aucun système ne fonctionne à 100% d’efficacité et de rendement. Aucun. Une collègue civile très expérimentée de la DIA me demandait un jour pourquoi les armes sophistiquées fonctionnaient si souvent mal ou étaient parfois détruites. Je lui répondis que c’était simplement une réalité de la vie, que dans la guerre réelle “tout ce qui peut mal se passer, se passera mal.” Elle mit résolument en doute cette affirmation : “Les fabricants garantissent qu’ils fonctionneront comme annoncé”, dit-elle. “Ils mentent”, lui dis-je, “ainsi fonctionne le business”. La réponse ne lui faisait pas plaisir mais c’était et cela reste la vérité. Il n’y a pas de système d’arme qui fonctionne parfaitement.

Les dysfonctionnements de système ne sont qu’une des nombreuses choses qui peuvent aller mal et iront mal en temps de guerre.

Les systèmes de défense aérienne complexes comme celui de la Syrie ne doivent pas être considérés comme une simple addition de missiles sol-air, de canons de défense anti-aérienne, de radars et de brouilleurs électroniques contre les missiles de croisière tirés de navires ou d’avions, ou autres missiles air-sol. Ces outils ne sont pas utilisés séparément avec succès. Dans un système bien conçu, ils sont employés de manière holistique en tant que parties intégrées d’un ensemble reliés électroniquement par des ordinateurs de la défense aérienne centralisée qui coordonnent leurs effets. Les radars détectent les cibles entrantes, les brouilleurs perturbent les systèmes de navigation des missiles et, dans de nombreux systèmes russes, peuvent modifier la course du missile vers une cible sans valeur. Les systèmes SAM (Sol-Air Missile) et autres armes antiaériennes sont confiés aux ordinateurs de la défense antiaérienne et l’enjeu du côté de la défense est que l’on ne manque pas de SAM et d’obus de canon avant que les attaquants ne manquent de missiles. Dans le passé, les Syriens étaient incapables d’intégrer tous ces différents systèmes pour vaincre leur grand ennemi, Israël. Cette époque est finie et la défense aérienne russo-syrienne est devenue un ensemble intégré fonctionnant selon les normes claires et la discipline stricte imposées par les Russes, même si le meilleur de l’équipement russe présent en Syrie n’a pas encore été engagé dans la lutte.

Il a été noté que de nombreux systèmes SAM actuellement entre les mains des Syriens sont d’ancien modèle du temps de l’URSS. C’est en grande partie un argument non pertinent. De tels systèmes d’armes font l’objet de procédures de modernisation, de mises à niveau constantes, qui améliorent constamment leurs capacités aux normes des conditions et évolutions de la guerre.

Ces modifications constantes ont lieu sur les chaînes d’approvisionnement de tous les pays fabricants d’équipements militaires dans le monde. S’ils ne le faisaient pas, leurs équipements auraient une durée de vie très courte et ne trouveraient guère d’acheteurs dans le cadre d’une concurrence en constante expansion. Un excellent exemple de ces procédures d’amélioration des produits est le cycle de service des navires de guerre. Ceux-ci sont programmés à plusieurs reprises pour des refontes d’au moins une années dans les chantiers navals adéquats. Un exemple pour l’aviation est celui du vénérable bombardier lourd américain B-52, qui porte par le hasard de la numérotation bureaucratique le nombre de l’année où il a effectué son premier vol (1952). Un certain nombre de B-52 continuent à être d’excellents vieux “soldats” après avoir été transformés à plusieurs reprises en avions modernes grâce à des réaménagements. Selon ce point de vue, la force de défense aérienne russo-syrienne ne devrait pas être considérée comme arriérée.

La Russie a consacré beaucoup de ses ressources industrielles limitées à l’amélioration et à la modernisation des vieux systèmes soviétiques, en même temps qu’elles en développaient de nouveaux en grand nombre. Les nouveaux modèles ont un très grand potentiel à l’exportation comme nous l’avons vu en Iran, en Turquie et en Inde, ce qui justifie largement les dépenses engagées pour ces nouveaux modèles.

Les États-Unis sont impliqués dans une guerre mondiale depuis dix-sept ans. Cela a été un genre spécial de guerre menée contre les guérillas islamistes et les terroristes dans le monde entier. Une telle guerre exige souvent un équipement très différent de celui utilisé contre les États, en particulier un État fortement structuré. Dans ce contexte, les fonds consacrés à l’amélioration d’équipements tels que le TLAM (Tomahawk) ont été fortement réduits. Les fonds ainsi dégagés ont été orientés vers les UAV (drones) et ont nourri les coûts incroyables des grandes forces terrestres en l’absence de conscription. L’administration Obama aimait utiliser les forces armées mais ne pensait pas à elles avec le même empressement que pour ses programmes sociaux. La loi de séquestration qui en résulta et affecta le financement de la défense a joué un rôle dans le déclin de l’efficacité des équipements américains par rapport à celui des Russes. Il y aura un changement dans ces orientations de financement.

Alors, que s’est-il passé?

J’ai eu des contacts avec plusieurs sources étrangères ayant accès à l’information nécessaire pour avoir un jugement valide, qui me disent que les Russes ont raison. Ces personnes sont d’une orientation politique plutôt favorables aux États-Unis, tout comme leurs gouvernements. Plus des deux tiers des missiles de la coalition formée par les USA n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs. Pourquoi ? Toutes les raisons citées ci-dessus ont dû jouer un rôle dans cette défaite aérienne. Des armes d’attaque obsolètes, une défense aérienne entièrement intégrée et le professionnalisme des opérateurs des systèmes anti-aériens.

Une enquête est en cours pour déterminer ce qu’il faut faire pour remédier à la situation.

En même temps, il est clair qu’il y avait une entente entre les gouvernements pour s’assurer que les lignes rouges russes n’étaient pas franchies. Les preuves de l’attaque au gaz de Douma sont inexistantes. La film diffusé comme “preuve” a maintenant été soigneusement identifié comme une opérations de l’OI (Operationnal Information, ou “propagande”) du programme des Casques blancs financé par les Saoudiens, et en grande partie menée par les service de guerre de l’information du 77èmerégiment des services britanniques. Il semble clair que le Département de la Défense des États-Unis n’était pas au courant de ce projet d’OI et pour cette raison, le secrétaire à la défense Mattis a traversé en aveugle la phase préparatoire de l’attaque du 13 avril. Les cibles visées (détruites ou non) étaient connues depuis longtemps par la communauté du renseignement US comme des installations des anciens programmes de guerre chimique du gouvernement syrien. On a demandé aux Russes de rester à l’écart de ces régions. Un compromis raisonnable a été réalisé avec un président facilement berné par les médias sociaux et ressentant une forte pression d’une population aussi facile à tromper.

Quoi qu’il en soit, la plupart des missiles ont échoué et cette défaillance doit être corrigée.

W. Patrick Lang

A propos Madjid LAIB

Check Also

Trump a décidé de détruire l’UE

Le sommet de l’Otan commence dans cinq jours mais il apparaît déjà clairement que le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *