A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Monde / Canada & Usa / Donald Trump et “la théorie du crétin”

Donald Trump et “la théorie du crétin”

Le cas envisagé ici est celui de l’Iran, encore plus que celui de la Corée du Nord. C’est un passage délicat, alors que Trump est sur le point d’annoncer sa position officielle par rapport au traité nucléaire avec l’Iran (JCPOA), alors que certains estiment qu’il pourrait annoncer qu’à son avis l’Iran a violé ce traité, alors qu’il (Trump toujours) vient de déclarer lors d’une réception donnée aux chefs militaires dont l’armée US a pléthore « Peut-être bien qu’il s’agit [avec cette réception] du calme avant la tempête… Cela pourrait être le calme… avant… la tempête ». Les journalistes présents se sont précipités : « S’agit-il de l’Iran, d’ISIS, qu’est-ce que cette tempête ? – Vous verrez bien»

« During a dinner with military leaders tonight, President Trump gave an ominous warning seemingly out of the blue: “You guys know what this represents? Maybe it’s the calm before the storm,” he said: « It could be the calm… before… the storm”A reporter quickly asked what the storm might be –“Is it Iran, ISIS, what’s the storm?” to which he replied… “…you’ll find out.” »

Dans une analyse détaillée, Adam Gurrie, de TheDuran.com, sans citer cet échange bien dans les manières lourdement énigmatiques de Trump mais en l’ayant certainement à l’esprit, entreprend de tenter de comprendre et d’expliquer l’attitude de Trump vis-à-vis de l’Iran. La question de l’Iran et les menaces de Trump vis-à-vis de ce pays dont il juge que l’accord JCPOA lui fait la part bien trop belle constituent une crise spécifique washingtonienne extrêmement radicale, la plus radicale possible parmi l’éventail des possibilités crisiques à la disposition du président des États-Unis.

(Une “crise spécifique washingtonienne”, c’est-à-dire une des multiples crises dont est faite la crise générale de “D.C.-la-folle”, à l’image du pouvoir lui-même, morcelé : « Il n’y a plus désormais un seul Washington D.C., il y a de nombreux petits Washington D.C. travaillant les uns contre les autres. »)

Il faut se rappeler que, sur cette question, Trump avait déjà une position très nette et très nettement hostile à l’Iran bien avant son élection. A cet égard, il était sous l’influence principalement du Général Michael Flynn (nommé conseiller du président pour les affaires de sécurité nationale, forcé à la démission le 13 février 2017) ;  à côté de positions remarquables et constructives (notamment vis-à-vis de la Russie), Flynn était animé d’une fureur dévastatrice vis-à-vis de l’Iran, notamment partagée dans un compagnonnage exotique avec les neocons Michael Ledeen et John Bolton. (Flynn a écrit un livre exposant ses convictions doctrinales après son départ de la DIA en 2014, dont le coauteur est Michael Ledeen.) Flynn est parti mais la hargne anti-iranienne de Trump reste très vivace, tandis que les deux cpmpères cités (Ledeen et surtout Bolton) restent dans le circuit d’influence.

Dans son analyse du 7 octobre 2017, Adam Gurrie, qui rappelle que certains des conseillers et ministres les plus importants sont absolument contre toute possibilité de mise en cause du JCPOA, et bien entendu contre toute possibilité de conflit, – notamment et dernièrement encore le secrétaire d’État Tillerson et le secrétaire à la défense, le Général Mattis, – tente d’analyser les causes de la position de Trump. Il détermine trois hypothèses principalement, qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre : “le chaos à la Maison-Blanche”, et principalement une sorte d’affrontement personnel entre Trump et Tillerson sur cette question iranienne ; l’influence du lobby israélien AIPAC (et aussi les bons rapports entre Trump et Netanyahou) ; enfin ce que Gurrie nomme “la théorie du crétin” (“The Moron Theory), consistant à faire passer Trump pour un crétin dangereux à qui les cibles de sa stupidité (l’Iran notamment) feraient bien de faire des concessions pour éviter l’irréversible (une attaque). Le troisième point est une resucée de “la théorie du fou” (“The Madman Theory”) qui fut une des hypothèses célèbres de l’activité multiple du président Nixon, à qui le jugement hypothétique de “crétin” ne pouvait certainement pas être appliqué, au contraire de Trump…

Nous donnons ici le long passage où Gurrie détaille ces trois hypothèses qui nous paraissent assez bien résumer le problème. On observera qu’à côté de raisons objectives et politiques acceptables (assez peu qui soient défendables), il y a des raisons personnelles, d’humeur, de sensibilités diverses jusqu’au narcissisme, etc., qui prennent une place importante. Ce dernier point ne peut en aucun cas nous étonner, tant les “raisons personnelle“ s’inscrivent parfaitement dans le caractère et le  personnage qu’est Donald Trump ; il doit figurer en premier dans notre démarche d’analyse de la situation.

« 1. Internal White House Chaos »

« Starting with Michael Flynn and more recently culminating with Steve Bannon, the Trump White House has struggled to keep key foreign policy makers on board. Firings and resignations have plagued a Trump administration that is less than a year old.

Rex Tillerson is currently in the spotlight in what can only be called “resignation watch” after unverified reports that have not been specifically denied by Tillerson, stated that the Secretary of State called Donald Trump a “moron”. By some accounts he used the words “fucking moron” to described the US President after a heated meeting.» 

«Donald Trump has denied such an event’s existence, but what is undeniable, is that Trump and Tillerson have had many open disagreements on US foreign policy. Such disagreement include Tillerson’s statement that the US must quietly pursue dialogue with Pyongyang, something Trump called a waste of time. It also includes Tillerson’s State Department’s support of the JCPOA which Trump clearly wants to scrap and finally, Tillerson has said he favours dialogue and neutrality over the Saudi-Qatar dispute, while Trump openly Tweeted pro-Saudi rhetoric saying that Qatar is a state sponsor of terrorism in line with Saudi accusations.»

 «In this sense. the ongoing row between Trump and Tillerson could be manifesting itself in the form of semi-public test of wills over Iran. In an administration seemingly organised on the petty whims of personal vanity, it is entirely conceivable that Trump and Tillerson’s disagreements over the JCPOA have led to Trump taking an autocratic approach to public policy making. Certainly this would appear to be the case when it comes to the unfounded anti-JCPOA rhetoric which is not shared by any other parties to the agreement.» 

2. The Israel Lobby versus The World

«It is no secret that the US based Israel lobby is the most powerful of the many powerful lobbying bodies in the United States. Israel is unique in its hostility to Iran and is particular hostility to the JCPOA, even by Saudi standards. What’s more is that Israel has weapons of mass destruction, including nuclear weapons, which neither Iran nor its rival Saudi Arabia has. In spite of this, while Israel has pivoted its foreign policy to be more anti-Iranian than anti-Arab, Israel has yet attack let alone occupy Iran in the way it continues to do in respect of Arab countries.»

 «Having totally failed to manufacture international consensus against Iran, even among Israel’s putative allies, the powerful US Israel lobby has been spewing anti-Iranian rhetoric in an attempt to further taint Iran’s reputation among the American public.»

 «In respect of Donald Trump, who has been on good personal terms with Benjamin Netanyahu even before becoming President, Trump may be simply doing the bidding of the Israel lobby and his self-described “friend” in order to go against the more moderate voices in his own administration which includes both Rex Tillerson and apparently James “Mad Dog” Mattis.»

« If it really is a matter of Israel ‘wagging the dog’ in respect of Donald Trump, this is proof positive that Trump is not fit to be the US President as he is no longer putting the interests of his own country, nor the collective interests of world peace, before the war mongering desires of the rogue Israeli regime.»

 3. From Mad Man Theory to “Moron Theory”

« Richard Nixon was many things, but he was certainly not a “moron”. He may have been the most intelligent US President of the 20th century. One of Nixon’s ploys was known as the mad man theory. According to this theory, which was often put into practice by the Nixon White House, statements that Nixon had apparently made indicating his willingness to use extreme force, including nuclear weapons, even in the seemingly most mundane situations, were purposefully leaked to foreign powers.»*

« Dovetailing onto the idea of mutually assured destruction, Nixon’s mad man image was said to force other powers to the negotiating table, for fear that anything less would mean a Nixon pressing the nuclear button. While the mad man theory defies the laws of ethics and of transparency, it is a classic case of extreme brinkmanship that was common during the Cold War and which Nixon mastered so much that he actually managed to achieve both detente with the Soviet Union as well as opening up western diplomatic relations with the People’s Republic of China.»

 «Many have proffered the idea that Donald Trump’s public image as a trigger happy leader with no real knowledge of world affairs, is a giant bluff in order to try and bring others to the table. While it is not beyond the realm of the possible that Donald Trump’s objectively idiotic remarks on world affairs, his threatening rhetoric and apparent disorderly administration are in fact contrived measures designed to scare others into some sort of negotiating, this theory, even if true, is highly misguided.»

« During the Nixon era, it was clear what the United States wanted from the powers which the ‘mad man theory’ was tested upon. In respect of Donald Trump, apart from levying more sanctions on Iran, something that would infuriate America’s EU allies, there is little else that Trump could achieve apart from provoking Iran into war which even many in the Pentagon admit would be a disaster.»

« In respect of North Korea, brinkmanship has already failed. The more the US threatens Pyongyang with war and the more unilateral sanctions the US passes, the more North Korea retorts with further threats and with further weapons tests. China has already made clear that it will not allow a preemptive US led attack on North Korea and Pyongyang for its part, is always careful to temper its threats with statements indicating that North Korea would never be the first to strike against the US or allied target. Russian President Vladimir Putin has also warned the US that the North Koreans would rather “eat grass” than surrender to the United States. Where the Iraqi army ran away during the 2003 invasion of Iraq, North Korea would likely fight to the death, with every weapon and man at its disposal.»

 «As for America’s proxy wars directly primarily against China but also Russia, there is also little that a “moron theory” could do other than entrench the Sino-Russian alliance more so than it already is.»

 «To put it bluntly, while the “moron theory” may work on certain domestic issues, it is not, has not and almost certainly will not work in foreign affairs. »

Pourquoi pas “The Clownish Theory” ?

On ne débattra pas d’une façon spécifique de la validité des hypothèses respectives. On observera que la première aurait notre préférence (sans exclure que les autres jouent leur rôle mais à un niveau bien moindre) parce que c’est elle qui fait appel le plus à des questions d’humeur, de susceptibilités narcissiques, de véritables caprices et de vanités quasiment enfantines, etc. : Trump ne nous semble nullement dépourvu de ces divers attributs, au contraire essentiellement identifiable par cette sorte de traits.

Cette première hypothèse rend ainsi le mieux compte des deux aspects essentiels de l’administration Trump : d’une part, le poids et le caractère du personnage central, le président, effectivement réduit aux dimensions et aux accessoires d’un personnage typique de téléréalité ; d’autre part, le désordre-chaos extraordinaire régnant à la Maison-Blanche certes, mais comme partout ailleurs dans “D.C.-la-folle” comme on ne peut l’ignorer.

(Désordre-chaos régnant, également comme partout ailleurs dans le monde où s’exerce l’action des USA/du bloc-BAO, et d’une façon générale comme reflet de l’époque.)

L’influence du lobby pro-israélien, l’AIPAC, et des Israéliens eux-mêmes existe certes, mais elle est à notre sens, certainement aujourd’hui, beaucoup moins forte qu’elle n’était hier, – à part les automatismes-zombie du Congrès, par ailleurs gavé de fric estampillé dans ce sens. La cause en est à notre sens le désordre-chaos général, à “D.C.-la-folle” comme en-dehors et notamment au Moyen-Orient, qui conduit à une sorte de réductionnisme, ou si l’on veut à une dissolution des diverses politiques étrangères devenant non-politiques et ainsi donnant de moins en moins prises à des influences rationnelles, – même si perverses (par la corruption, les pressions morale-humanitaristes, etc.). La parcellisation des pouvoirs (voir Simonian, plus haut) joue également un rôle important, complémentaire de l’aspect précédent, et directement lié à lui. Dès qu’il est question de toutes les matières afférant à l’antisémitisme, à la Shoah, etc., l’AIPAC et Israël exercent une influence énorme sur le discours et les prises de position. Mais, au contraire d’il y a dix ans, quinze ans, vingt ans, cela n’influence plus directement les (non-)politiques par ailleurs en voie de dissolution.

Mais l’hypothèse la plus intéressante est celle qui est la moins crédible mais la plus originale et somme toute la plus enrichissante pour la réflexion : “la théorie du crétin”, avec référence à “la théorie du fou” de Nixon. Pour avoir émis, ou fait émettre une telle théorie avec son assentiment sinon à son instigation (comme dans le cas Nixon), il faudrait que Trump soit assez intelligent pour accepter de passer pour un imbécile.

A cet égard, n’est pas Nixon qui veut, qui acceptait de se faire passer pour fou alors que tous ses adversaires libéraux et progressistes estimaient en général qu’en plus d’être un escroc, un sa lopard, un intrigant vicieux, Nixon était complètement fou. Il songeait donc à en faire un avantage politique en suggérant à Kissinger qu’il glissât dans l’oreille de Le Duc-tho que le président Nixon était suffisamment dingue pour un jour décider de “taper nucléaire” sur le Nord-Vietnam si les négociations s’éternisaient ; donc que eux, les Nord-Vietnamiens, avaient intérêt à faire des concessions pour empêcher cette folie. L’histoire ne dit pas 1) si la chose fut utilisée par Kissinger, et 2) si oui, si elle donna des résultats. Quoi qu’il en soit, une telle manœuvre n’effrayait pas Nixon ;  au contraire, tout au contraire, l’on doute que Trump soit prêt à sacrifier l’ombre d’une ombre de sa réputation, la moindre interférence sur son image et son allure, le moindre faux-pli dans sa chevelure pour un résultat politique.

On notera qu’il n’y a rien dans tout cela, ni de concret, ni d’assuré. Il s’agit d’hypothèses pures, de spéculations, mais dans un univers où il n’est plus possible de s’assurer de quelque réalité que ce soit, comme nous le répétons souvent, et par conséquent où il faut progresser par hypothèses et spéculations en espérant que l’intuition nous éclairera dans le bon sens et au bon moment.

Cela étant rappelé, ce qui nous semble émerger clairement de ces diverses réflexions c’est le poids considérable de la personne du président, le Sapiens Sapiens sans fard ni retenue. Bien entendu, nous ne disons pas cela pour saluer un génie mais, tout au contraire, pour mesurer combien une personnalité si erratique, incertaine, grossière et bombastique, à propos de laquelle le qualificatif de moron n’est pas nécessairement déplacé, c’est-à-dire une personnalité qu’on jugerait accessoire et de peu d’envergure joue au contraire un rôle capital dans les entraves et les interférences de la grande politique étrangère.

Le fait est bien que le Deep State, dont l’on parlait tous les jours il y a quatre ou cinq mois et à propos duquel s’est établi un grand silence, a totalement échoué dans son entreprise d’investissement, de neutralisation et de verrouillage. Il est partout et il ne sert à rien. Trump est entouré d’hommes et de femmes du Deep State mais c’est comme si rien ne s’était passé. Sur les deux dossiers les plus pressants aujourd’hui, la Corée du Nord et l’Iran, Trump est en désaccord avec ses principaux conseillers Deepstaters (notamment les militaires : Mattis, Kelly, McMaster) ; mais ce puissant appareil de pression qui l’isole et contrôle ses principales possibilités d’accès avec l’extérieur est totalement impuissant devant ses manigances, ses foucades, ses initiatives complètement incontrôlées.

Il n’y a peut-être pas de “Moron Theory” mais tout se passe comme s’il y avait dans la pièce, par rapport à ceux qui conservent encore le sens des procédures et des nécessités du système de l’américanisme, un moron complètement décidé à n’en faire qu’à sa tête, exerçant sur son entourage la tyrannie des irresponsables et des esprits légers, sinon percés de trous divers comme un gruyère quasiment réduit aux trous, évoluant sans soucis des effets de ses évolutions si souvent ineptes. Trump est sans aucun doute un éléphant dans un magasin de porcelaine, mais en plus un éléphant qui serait privé de toute sagesse et qui aurait été doté du caractère primesautier d’un chiot hyperactif, bien entendu enclin à se précipiter à la moindre sollicitation et aux plus futiles des propos, ou bien aux plusd grotesques des hypothèses catastrophistes.

De l’autre côté, ceux qui voulaient la peau de Trump, soit par destitution, soit en le poussant à la démission, etc., en sont très largement pour leurs frais. Ils poursuivent plus que jamais leurs diverses narrative anti-Trump mais sans beaucoup d’espoir pour le but initial, plutôt et même plus que jamais pour entretenir le désordre et faire avancer leurs projets déstabilisateurs. La recherche d’un candidat anti-Trump pour 2020 a sérieusement commencé du côté démocrate, ce qui implique en toute logique que l’on n’espère pas qu’il sera parti d’ici là.

Mais si tout cela signifie qu’on n’a plus guère d’espoir de se débarrasser de Trump par des moyens de coercition et d’élimination, cela ne signifie donc nullement que Trump est rentré dans le rang. Au contraire, le “moron” poursuit sa chevauchée et tout le monde est obligé de subir sinon de suivre. Plus personne n’est là pour l’arrêter et le dompter et il peut donc poursuivre en toute tranquillité son œuvre de destruction et de désordre. Ce n’est pas tant la “Moron Theory” qu’une sorte de “Clownish Theory où le président n’a aucun mal à figurer puisqu’il est l’inspirateur de la chose comme s’il entendait ainsi laisser sa trace de clown de la téléréalité dans l’Histoire.

Désormais, plus personne ne semble capable ni de l’arrêter, ni de le contrôler, ni même de penser sérieusement qu’une telle action contre le président ait quelque intérêt profond, sinon quelque chance de réussir. L’establishment washingtonien, lui-même dévoré par ses lubies et ses affrontements sans fin, par ses haines terrifiantes que s’échangent les uns et les autres, ses conformismes étouffants, ressemble à un auditoire assistant, impuissant, à la déconstruction du système de l’américanisme (et du Système) sur lequel il appuyait toute sa cohérence et toute sa puissance, ce système de l’américanisme (le Système) sans lequel il ne peut exister.

…Certes, il y a de très fortes chances qu’on l’empêchera de faire sa guerre contre l’Iran, parce que “The Moron Theory” c’est tout de même un peu gros et que ses chers généraux ne veulent rien en attendre. Mais c’est le reste qui compte, les irréparables torts causés au bon fonctionnement du Système, et là personne n’est véritablement capable de l’arrêter, Trump l’irrésistible “crétin”..

DDE

A propos Madjid LAIB

Check Also

Le secrétaire à la défense US, Mattis, “perdu dans ses rêveries” et en Syrie!

Le secrétaire à la défense Mattis était désigné, il y a quelques mois, lorsque le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *