A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Monde / Afrique / Et si personne n’était aux commandes ? Le recouvrement des systèmes défaillants a-t-il généré une illusion de fonctionnalité?

Et si personne n’était aux commandes ? Le recouvrement des systèmes défaillants a-t-il généré une illusion de fonctionnalité?

« La dernière parcelle de pouvoir détenue par les élites est la croyance des masses que les élites sont toujours aux commandes. »

Par Charles Hugh Smith :  « Je comprends le désir naturel de croire que quelqu’un est aux commandes : qu’il s’agisse de l’État profond, du Parti communiste chinois, du Kremlin ou des mondialistes de l’Agenda 21, nous sommes prêts à croire que quelqu’un quelque part contrôle les événements ou poursuit des programmes qui entraînent des réactions mondiales aux événements.

Je pense que tout contrôle que nous discernons est illusoire, car la dynamique déclenchée par la pandémie a déjà échappé au contrôle des élites. La raison fondamentale pour laquelle les élites ont perdu le contrôle est que tous les systèmes dont elles dépendent ont été brisés pendant 12 ans, mais qu’elles ont réussi à s’en remettre en faisant davantage ce qui les avait brisés au départ. Ce recouvrement des systèmes défaillants a généré une illusion de fonctionnalité : tout semblait fonctionner comme avant, même si les dysfonctionnements se sont répandus dans tous les coins de chaque système.

Comme le fait de faire davantage de choses qui brisaient les systèmes au départ est en train de s’effondrer, l’illusion de fonctionnalité a été mise en pièces. Maintenant que l’illusion de fonctionnalité a été perdue, le contrôle de la narrative par l’autorité institutionnelle a également été perdu.

J’ai souvent écrit sur la différence entre la force et le pouvoir ; les élites croient souvent à tort que les deux se valent, mais ce sont des mondes séparés. Ceux qui détiennent le pouvoir persuadent les masses d’obéir sans être contraintes et d’accepter les récits égoïstes de l’élite sans poser de questions. Le pouvoir s’appuie sur l’autorité institutionnelle et les mythes et croyances culturels.

La force a un coût, comme la coercition a un coût. La force est un piètre substitut au pouvoir, non seulement parce que les coûts sont si élevés, mais aussi parce que les masses n’agissent pas de leur propre gré ; elles n’obéissent que parce que les coûts de la non-obéissance sont très élevés. Mais les réticents ne peuvent jamais être aussi productifs que les volontaires, et donc le régime qui dépend de la force stagne alors que les coûts de la coercition augmentent et que la productivité des forcés diminue régulièrement.

Lorsque le pouvoir est perdu, les masses cessent tout simplement d’écouter les autorités. Dans le poème de W.B. Yeats, le faucon ne peut plus entendre le fauconnier ; une fois que l’autorité des élites sur la narrative est perdue, les masses se détournent d’elles.

Les systèmes sur lesquels reposent l’autorité des élites et leur pouvoir ne sont plus que fractures d’incompétence, des structures dominées par l’incompétence à tous les niveaux et dans tous les recoins, des employés les moins bien payés aux dirigeants.

Tous ces systèmes servent d’abord les intérêts des initiés et des groupes d’intérêts, ensuite les priorités des élites et enfin le public/clients, si tant est qu’il y en ait.

Les élites ont perdu le contrôle de tout ce qui est essentiel à leur survie : les flux de capitaux, la foi en l’avenir d’une croissance éternelle sans coûts, et la montée du mécontentement et de la désillusion.

Les élites découvrent, à leur grand désarroi, que maintenant que la compétence a été perdue, le pouvoir est perdu, et que la force ne remplace pas le pouvoir.

Toutes les astuces de paperasserie ne fonctionnent plus. La baisse des taux d’intérêt à zéro ne va pas accroître la consommation ou les investissements, elle ne fait que pousser la frénésie spéculative vers de nouveaux sommets de plus en plus fragiles. Imprimer des $milliards et les donner aux super riches ne va pas réparer ce qui est cassé, car c’est ce mécanisme qui a brisé le système en premier lieu.

La dernière parcelle de pouvoir détenue par les élites est la croyance des masses que les élites sont toujours aux commandes. Cette croyance se dissipe, malgré les cris et les hurlements des élites qui pensent qu’elles ont toujours le contrôle. Les événements éclairent leur orgueil et les fractures d’incompétence qui se forment sur leur chemin.

Nombreux sont ceux qui pensent que les super riches passent toujours sans heurt d’un régime à l’autre. Mais ce n’est pas toujours le cas. Les plus grandes fortunes personnelles de l’histoire (appartenant à des particuliers, et non à des ménages royaux/impériaux) ont probablement été accumulées par les élites romaines. Leurs villas étaient par essence de petites villes et leurs fortunes étaient, en termes romains, mondiales.

Pourtant, lorsque les institutions qui ont permis leur fortune se sont effondrées, ces élites n’ont pas transféré leur richesse et leur pouvoir sans heurts à la domination barbare : tout s’est effondré, leurs villas ont été abandonnées et leur pouvoir a disparu.

Le capital fantôme est éphémère, tout comme le pouvoir. »

Charles Hugh Smith

The Illusion of Control: What If Nobody’s in Charge?

June 22 , 2020 Original version

The last shred of power the elites hold is the belief of the masses that the elites are still in control.
I understand the natural desire to believe somebody’s in charge: whether it’s the Deep State, the Chinese Communist Party, the Kremlin or Agenda 21 globalists, we’re primed to believe somebody somewhere is controlling events or pursuing agendas that drive global responses to events.
I submit whatever control we discern is illusory, as the dynamics unleashed by the pandemic have already escaped the control of elites. The fundamental reason the elites have lost control is that all the systems they depend on have been broken for 12 years, but were successfully papered over by doing more of what broke them in the first place. This papering over of broken systems generated an illusion of functionality: everything appeared to function as before even as dysfunction spread into every corner of every system.
As doing more of what broke the systems in the first place is failing, the illusion of functionality has been shredded. Now that the illusion of functionality has been lost, control of the narrative via institutional authority has also been lost.
I’ve often written about the difference between force and power; elites often mistakenly believe the two are equivalent, but they are worlds apart. Those who wield power persuade the masses to obey without being coerced, and to accept the self-serving narratives of the elite without question. Power leverages institutional authority and cultural myths and beliefs.
Force is costly, as coercion is costly. Force is a poor substitute for power, not only because the costs are so burdensome, but because the masses are not acting on their own volition; they are obeying only because the costs of not obeying are so high. But the unwilling can never be as productive as the willing, and so the regime that depends on force stagnates as the costs of coercion ratchet higher and the productivity of the forced steadily declines.
When power is lost, the masses simply stop listening to the authorities. In W.B. Yeats’ line, the falcon cannot hear the falconer; once authority over the narrative is lost, the masses circle away from the voice of their elites.
The systems the elites depend on for their authority and power are now little more than fractals of incompetence, structures dominated by incompetence in every level and every nook and cranny, from the lowest paid employees to the top leadership.
All these systems serve the interests of insiders and vested interests first, the priorities of the elites second and the public / customers third, if at all.
The elites have lost control of everything that is critical to their survival: capital flows, faith in the future of eternal cost-free growth, and the rise of discontent and disillusionment.
The elites are discovering, to their dismay, now that competence has been lost, power has been lost, and force is no substitute for power.
All the papering-over tricks no longer work. Lowering interest rates to zero isn’t going to increase consumption or investment, it’s only pushing speculative frenzy to new increasingly fragile highs. Printing trillions and sluicing it to the super-wealthy isn’t going to fix what’s broken because that mechanism is what broke the system in the first place.
The last shred of power the elites hold is the belief of the masses that the elites are still in control. That belief is dissipating, despite the shrieks and cries of the elites that they are still in control. Events are illuminating their hubris and the fractals of incompetence that are crumbling beneath their feet.
Many believe the super-wealthy always transition seamlessly between regimes. But this is not always the case. The greatest personal fortunes in history (owned by private individuals, not royal/Imperial households) were likely accumulated by Roman elites. Their villas were in essence small cities and their fortunes were in Roman terms global.
Yet when the institutions that enabled their fortunes crumbled, these elites did not transition their wealth and power seamlessly to Barbarian rule: everything fell apart, their villas were abandoned and their power vanished.
Phantom capital is ephemeral, and so is power.
Charles Hugh Smith

A propos Intelligence Info

Check Also

Trump face au “syndrome du général devenu Messie”

Le nouveau livre de Bob Woodward, cette fois sur l’administration Trump, ‘Rage’, détaille les multiples …

Laisser un commentaire